Coronavirus dans le Nord : Un maire propose des tests gratuits aux habitants de sa commune

DEPISTAGE Dans une commune du Nord, les habitants sont invités par la mairie à se faire dépister gratuitement contre le Covid-19

G.D. avec AFP

— 

Illustration de tests de dépistage sérologique au coronavirus. Ici à Juan les Pins et Cannes la Bocca.
Illustration de tests de dépistage sérologique au coronavirus. Ici à Juan les Pins et Cannes la Bocca. — LIONEL URMAN/SIPA
  • Les habitants de la commune de Morbecque, dans le Nord, sont invités par la mairie à passer un test sérologique, à partir du 2 juin.
  • Ces tests seront réalisés dans deux laboratoires de la ville voisine d’Hazebrouck.
  • A Nogent-sur-Oise, la mairie avait proposé, dès le 23 avril, aux agents municipaux de se faire tester gratuitement afin de « préparer le déconfinement ».

Savoir s’ils ont été en contact avec le coronavirus. Les quelque 2.600 habitants de la commune de Morbecque, dans le Nord, sont invités par la mairie à passer un test sérologique, a-t-on appris, mardi, auprès du maire.

Les habitants de la commune reçoivent, depuis mardi, un courrier les informant de la possibilité de se faire tester gratuitement à partir du 2 juin, a indiqué à l’AFP le maire Jérôme Darques, précisant que chaque test coûtera 25 euros à la commune.

« Pour les gens, il est important de savoir »

« Je veux savoir quel est, dans ma commune, le pourcentage de gens qui ont été contaminés, ce qui permet ensuite de prendre des mesures de configuration. Il s’agit d’avoir une analyse pertinente de ce qu’il s’est passé », a-t-il expliqué. Et « pour les gens, il est important de savoir, il y a ce besoin, ils m’appellent pour cela ».

Ces tests dits ELISA seront réalisés dans deux laboratoires Biotop de la ville voisine d’Hazebrouck, selon Laurent Soupison, le directeur du laboratoire.

« Les résultats seront adressés uniquement au patient. De notre côté, nous enverrons à la mairie un bulletin épidémiologique qui indiquera le nombre de patients testés et, anonymement bien sûr, la part de ceux testés positifs ou négatifs », a affirmé Laurent Soupison.

« Préparer le déconfinement »

Selon lui, « l’intérêt de cette opération se situe au niveau épidémiologique ». « Le frein à la prescription, recommandée par la Haute autorité de santé (HAS), est la prise en charge. C’est un hiatus. Là, cet obstacle sera levé », a-t-il dit.

A Nogent-sur-Oise, dans l’Oise, la mairie avait proposé dès le 23 avril aux agents municipaux de se faire tester gratuitement afin de « préparer le déconfinement ». Au total, 629 tests ont été réalisés et 13 % des patients ont révélé une sérologie positive selon la mairie.