Nord : Un site Internet pour découvrir quoi faire à 100 km de chez vous

LOISIRS Deux Lillois ont imaginé une carte des loisirs à faire en respectant l’interdiction du gouvernement de se déplacer au-delà de 100 km de son domicile

Mikaël Libert

— 

Se balader, visiter, se cultiver dans un rayon de 100 km (illustration).
Se balader, visiter, se cultiver dans un rayon de 100 km (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Pour cent briques, t’as plus rien, mais à cent bornes, t’as plein de trucs. L’une des règles mises en place par le gouvernement lors du déconfinement était l’interdiction de se déplacer à plus de cent kilomètres de son domicile, exception faite des motifs impérieux. La balade ou la culture n’étant pas considérés comme des exceptions à la règle, chacun doit trouver à s’occuper dans ce cercle restreint. Deux Lillois ont ainsi mis en ligne une carte qui vous dégote plein de choses chouettes à faire en restant dans le cadre légal.

Leur site Internet s’appelle Moinsde100km.com et il a été lancé ce vendredi matin. Les deux créateurs à l’origine de cette initiative, Charlie et Nicolas, avaient déjà lancé l’Echappée bière, l’agence de tourisme brassicole lilloise. « Des sites qui vous calculent ce fameux périmètre, il y en a plein, mais souvent le service s’arrête là », déplore Nicolas. Alors, il y a seulement 15 jours, ils ont eu l’idée de créer un moteur de recherche lié à une carte qui, une fois entrée la ville de départ, vous propose toute une liste d’activités : parcs, jardins, patrimoine, plages, musées, site naturel…

« Rester dans un périmètre de 100 km n’était pas une punition »

Outre les « incontournables institutionnels », Moinsde100km.com cherche « des pépites ». Le côté collaboratif du site permet ainsi à chacun de proposer ses bons plans et de partager le filon avec tout le monde.

« Nous avons déjà répertorié 120 lieux et l’on compte arriver à 200 d’ici la fin du mois », assure Nicolas. Bien entendu, tout ce que le site va vous proposer est ouvert, même s’il faut respecter des règles sanitaires drastiques. « On veut aussi ajouter une partie agenda lorsque les lieux culturels comme les salles de spectacles ou de concerts rouvriront », poursuit-il.

Dépenser toute cette énergie vaut-il la peine pour une mesure qui n’a pas vocation à durer ? « Nous sommes partis du principe que rester dans un périmètre de 100 km n’était pas une punition. C’est au contraire l’occasion de découvrir une offre locale souvent méconnue et pourtant très fournie », assure Nicolas. Et lorsque la restriction sera levée par le gouvernement, pas question de laisser mourir le site : « 100 km, c’est une distance qui permet de proposer des expériences à la journée. On n’a pas toujours besoin de partir loin pour découvrir des choses intéressantes », insiste le co-fondateur.