Le plan d'Arcelor inquiète à Dunkerque

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

A Dunkerque, le chiffre n'est parvenu qu'hier soir : Arcelor-Mittal prévoit 1 400 suppressions d'emploi en France, dans le cadre du plan d'économies annoncé la semaine dernière. Mais la direction n'a pas livré de détail sur la répartition des pertes d'emploi entre les sites. Aucun licenciement n'est prévu, puisque tous les départs devront être « volontaires ». « La direction semble vouloir aller très vite car elle a calé trois réunions en décembre pour détailler les modalités de départ », expliquait hier Michel Pouillerie, délégué CFDT de l'usine de Dunkerque, qui emploie 3 200 salariés. La direction entend en effet boucler son plan début 2009.

Comme prévu, le plan ne devrait pas toucher les effectifs affectés à la production. Les services administratifs, les ressources humaines et la comptabilité sont en revanche dans le viseur. « Ces secteurs représentent quand même plusieurs centaines d'emplois à Dunkerque », continue Michel Pouillerie. « Il y a déjà eu beaucoup de départs à la retraite non compensés dans ces métiers », rappelle Philippe Collet, secrétaire (CGT) du CE du site de Dunkerque.

L'inquiétude sera aussi de mise, aujourd'hui, sur le site voisin de Mardyck. Un CE examinera le projet de fermeture d'une ligne spécialisée dans l'industrie automobile.