Coronavirus à Lille : L'école élémentaire doit rouvrir le 14 mai pour les enfants

EDUCATION NATIONALE La ville de Lille et le rectorat sont tombés d’accord pour une date de réouverture de l’école élémentaire le 14 mai

Gilles Durand
— 
Illustration d'une petite fille retournant à l'école avec un masque. Ici à Paris.
Illustration d'une petite fille retournant à l'école avec un masque. Ici à Paris. — Stéphane Allaman / SIPA

Nouvelle rentrée scolaire après le confinement. Depuis l’annonce, le 13 avril, de la réouverture des écoles à compter du 11 mai, l’Education nationale prépare ce retour en classes depuis leur fermeture, le 16 mars, à cause du coronavirus. A Lille, la date a été fixée au 14 mai pour les enfants, sauf pour les écoles maternelles. Les enseignants feront leur rentrée les 11 et 12 mai, annonce, ce lundi, le rectorat de Lille, dans un communiqué.

« Réouverture progressive des maternelles et de l’école élémentaire partout sur le territoire, et sur la base du volontariat », avait précisé le premier ministre, Edouard Philippe. Un plan de réouverture a donc été mis en place en commun par le ministère de l’Education nationale et la ville de Lille.

Protocole sanitaire

« C’est à la seule condition du respect strict des conditions du protocole sanitaire, et notamment de la distanciation sociale, que les classes peuvent rouvrir. Les classes seront ainsi limitées à 10 élèves maximum », précise le rectorat.

Selon la disponibilité des locaux, certains enseignants vont reprendre concrètement le chemin de l’école, tandis que d’autres accompagneront, par l’enseignement à distance, les enfants qui resteront chez eux.

Concernant les maternelles, les directeurs d’école doivent interroger, la semaine prochaine, chaque famille pour évaluer les intentions d’inscriptions des enfants en grande section. « En fonction des résultats, une réouverture des grandes sections pourra être envisagée à partir du 25 mai », prévient l’académie.

Académie en zone rouge

Feu vert en revanche pour les écoles élémentaires, où sont accueillis en priorité les élèves des parents à professions prioritaires, mais aussi les élèves dont les deux parents doivent impérativement être présents sur le lieu de travail de façon quotidienne et les élèves ayant décroché pendant le confinement ou encore ceux dont l’enseignant juge le retour à l’école comme prioritaire. Ce qui risque de concerner beaucoup de monde.

« Une évaluation du dispositif sera réalisée à la fin du mois de mai », souligne le rectorat.

Néanmoins, cette rentrée provoque l’inquiétude du syndicat d’enseignants FSU. « La "souplesse" et l’"adaptation au local" préconisées par le gouvernement nous paraissent dangereuses, souligne-t-il. D’autant que le ministère de la Santé a classé notre académie en zone rouge, ce qui signifie que la pression épidémique, à l’heure actuelle, reste particulièrement forte. »