« On a voulu détourner les grands mythes régionaux »

- ©2008 20 minutes

— 

Votre ouvrage revisite avec impertinence les légendes régionales. Leur versions originales vous déplaisaient tant que ça ?

Avec mes deux amis, on a surtout voulu s'amuser. La culture régionale est toujours traité avec révérence. Ainsi, on n'a jamais le droit de toucher aux lieux communs. C'est pour ça qu'on a voulu détourner les grands mythes régionaux en faisant un livre entièrement faux sur les terrils, les tas de moules, la déesse de la Grand-Place, etc.

Mais les lecteurs vont vite s'en rendre compte, non ?

Oui, mais le but est surtout de secouer ces légendes pour en faire tomber la poussière. Lorsqu'on explique que les terrils étaient des pyramides érigées au Moyen-Age pour symboliser la puissance des villages, on se doute bien que le lecteur ne va pas y croire.

Est-ce aussi une sorte de revanche sur l'image du Nord véhiculée par le film de Dany Boon ?

J'ai aimé le film. Pas l'exploitation qui en a découlé. J'étais atterré quand j'ai découvert la vente de boîtes à Hein !, sur le modèle des boîtes à Meuh. On avait besoin d'un exutoire.

Recueilli par V. V.

* Ecrit et illustré avec Jean-Jacques

Tachdjian et Jean-François Delquignies,

(3-Jean Editions, 22 euros).