Coronavirus : Les Hauts-de-France appellent au patriotisme régional en mangeant du maroilles

ECONOMIE La région Hauts-de-France alerte sur les difficultés que rencontre la filière maroilles en raison de la crise du coronavirus

Mikaël Libert

— 

L'AOP Maroilles mise à mal par la crise du coronavirus (illustration).
L'AOP Maroilles mise à mal par la crise du coronavirus (illustration). — CLAVIERES VIRGINIE/SIPA

Opération « AOP en danger ». En vigueur depuis un mois, le confinement pour lutter contre la pandémie de coronavirus a mis un sacré coup dans l’aile de l’économie. La filière de production du maroilles n’est pas épargnée par cette crise, à tel point que l’appellation d’origine protégée (AOP), véritable patrimoine régional, est menacée. Les Hauts-de-France en appellent donc au patriotisme régional et invitent à manger du maroilles.

Le maroilles, c’est l’un des fleurons gastronomiques de la région. Ici, on le mange à toutes les sauces. Pourtant, depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, les producteurs de ce fromage ont constaté une baisse flagrante de la consommation. Selon Claude Béra, le président du Syndicat du maroilles, la chute des ventes représente 57 tonnes chaque semaine.

Circuit court et vente à la ferme

Avec la fermeture des restaurants, l’AOP a vu ses débouchés drastiquement réduits. Mais Marie-Sophie Lesne, vice-présidente à la région en charge de l’agriculture, assure aussi que les consommateurs achètent moins de maroilles pour leur consommation à domicile.

La raison ? Mystère. Son odeur un peu forte en pleine période de confinement ? Non, plutôt un vrai souci pour trouver le produit qui se raréfie dans les rayons de la grande distribution. Du coup, les producteurs se sont mis au circuit court, la vente à la ferme. Et ça, on peut y aller avec l’attestation de déplacement dérogatiore qui va bien.