Coronavirus : Comment le confinement des maîtres influence le comportement des chiens

ÉPIDÉMIE Un éducateur comportementaliste canin alerte sur les conséquences du confinement sur les chiens

Mikaël Libert

— 

Laurent Laidez, éducateur comportementaliste canin.
Laurent Laidez, éducateur comportementaliste canin. — Dogeducsport
  • Les Français sont confinés depuis dix jours à cause du coronavirus.
  • Les chiens peuvent développer de l’hyper attachement en raison de la présence continue de leurs maîtres.
  • Un éducateur canin dévoile les astuces pour ne pas perturber le comportement des chiens.

Les habitudes, ça a du bon. Cela fait dix jours que le gouvernement a décrété le confinement de la population pour tâcher de ralentir l’épidémie de coronavirus. A l’exception de certaines personnes, chacun est désormais cloîtré chez soi, seul ou avec femme, mari, enfants et animaux de compagnie. Pour les quelque 7,5 millions de chiens vivant en France, avoir son maître à disposition toute la journée est une aubaine. Mais Laurent Laidez, éducateur comportementaliste canin, s’inquiète des conséquences pour l’après confinement.

A 56 ans, Laurent Laidez a déjà 40 ans de passion des chiens derrière lui. Responsable du service de prévention du péril animalier à l’aéroport de Calais, Laurent a aussi une activité d’éducateur canin et d’éleveur. Il sait donc de quoi il parle quand il assure que le confinement pourrait engendrer des troubles chez les chiens : « Pendant cette période, on va passer beaucoup plus de temps que d’habitude avec son animal. Dans ce contexte, on peut être tenté de lui passer tous ses caprices, de lui donner à manger lorsque l’on est à table. Autant de choses que l’on ne fait pas en temps normal et que l’on va répéter sur une longue période », explique-t-il.

« L’anxiété chez un chien peut le pousser à l’automutilation »

Des attentions qui combleront le chien sur le moment mais qui disparaîtront dès le confinement terminé : « L’animal va développer de l’hyper attachement qui se traduira par de l’anxiété, de la nervosité et de la détresse lorsque la vie reprendra son cours normal. Et ce changement de comportement peut aller très vite », insiste l’éducateur canin. Les conséquences, seront rapidement visibles dans les domiciles des maîtres : pipi et caca partout et des dégâts sur le mobilier. Pour le chien, cela peut être bien pire : « l’anxiété chez un chien peut le pousser à l’automutilation », déplore Laurent Laidez.

Pour éviter d’en arriver là, il ne faut pas bousculer les habitudes des chiens : « Ne pas mettre en place de nouveaux rituels spécifiques à cette période de confinement. Il faut aussi que le maître soit à l’initiative des caresses, des jeux, de la nourriture et ne pas succomber aux sollicitations de l’animal », énumère l’éducateur. Être confiné avec son chien ne veut pas dire passer tout le temps avec lui : « le chien doit savoir rester seul pour considérer les moments avec son maître comme privilégiés », selon Laurent Laidez.

En cas de manquement, récupérer un chien au comportement normal ne se fera qu’au prix de nombreuses séances chez un professionnel comme Laurent. Pour les chiots, c’est en revanche plus compliqué : « Adopter un chiot dans cette période est une mauvaise idée puisque sa sociabilisation se fera dans un contexte inapproprié. Et corriger cela ensuite est quasiment impossible », martèle l’éducateur.