Lille : Ils planchent sur un prototype de beau banc récupérateur d’eau de pluie

INNOVATION Un collectif d’habitants du quartier Saint-Michel a présenté un projet innovant dans le cadre du budget participatif

Mikaël Libert

— 

Le banc d'eau pourrait ressembler à cela.
Le banc d'eau pourrait ressembler à cela. — St Michel en transition

Ils pourront s’asseoir sur leur idée. Mi-février, les 18 projets retenus pour être réalisés dans le cadre du second budget participatif de la ville de Lille ont été dévoilés. Parmi eux, le « banc d’eau », porté par le collectif St Michel en transition. Il s’agit de concevoir une pièce de mobilier urbain qui servirait à la fois de banc public et de récupérateur d’eau de pluie.

Ils ont de la suite dans les idées, les membres de St Michel en Transition. Lors de la première édition du budget participatif, en 2019, ils avaient déjà été lauréats grâce à leur projet de transformer le rond-point de la place Philippe-Lebon en jardin à cultiver. Cette année, le collectif s’est vu attribuer une subvention de 40.000 euros pour le « banc d’eau ». « En fait, nous avons rapidement été confrontés à la problématique de l’arrosage du jardin à cultiver. On a testé plusieurs solutions, comme rapporter de l’eau de chez nous, mais ce n’était pas viable », explique Jean-Damien Guilloy, membre du collectif.

Les plans définitifs du banc d’eau seront disponibles en libre accès

Le leitmotiv du collectif est « écologie et convivialité. » Du coup, St Michel en transition se devait de trouver une solution qui colle avec cet état d’esprit. « On ne se voyait pas installer de gros bacs de récupération d’eau de pluie sur l’espace public. Alors on a eu l’idée de les intégrer comme du mobilier urbain sous la forme de bancs », poursuit Jean-Damien Guilloy.

Plusieurs personnes ont alors commencé à plancher sur la question, notamment un ingénieur et un architecte. A force de recherches, de consultation, de dessins, le concept s’est affiné. « Nous ne voulons pas d’un simple banc avec un bac récupérateur. Il faut que l’objet soit joli, utile et ludique », insiste le porteur du projet. Grâce aux 40.000 euros du budget participatif, le collectif va confier la conception finale à un designer local. « Ce montant devrait nous permettre de réaliser un prototype, de le tester pendant un an et même de procéder à d’éventuelles modifications », détaille Jean-Damien Guilloy.

A l’issue de l’expérimentation, le prototype sera donc finalisé dans une version prête à être installée. La municipalité étudiera alors la possibilité d’en installer en ville. Les plans du banc d’eau seront par ailleurs disponibles en libre accès pour quiconque souhaiterait aménager sa commune, son entreprise ou son jardin.