Municipales à Lille : Aubry en tête, mais des scores qui font le yoyo... deux sondages contradictoires publiés en 24h

UP AND DOWN En deux jours, deux nouveaux sondages aux résultats radicalement différents ont été dévoilés en amont de l’élection municipale

Mikaël Libert

— 

Le dépouillement des bulletins du 1er tour des municipales à Lille en 2014.
Le dépouillement des bulletins du 1er tour des municipales à Lille en 2014. — M.Libert/20 Minutes
  • Trois sondages sur les municipales à Lille sont sortis depuis décembre dernier.
  • Le trio de tête des candidats reste le même, PS, EELV et LREM.
  • Pour autant, selon les études, les tendances changent radicalement.

La guerre des chiffres aura bien lieu. Qui dit élection, dit sondages. Jeudi et vendredi, deux études sur les intentions de vote aux municipales à Lille sont tombées. Leurs résultats sont un peu à l’image des comptages de la police et des syndicats lors des manifestations : radicalement différents.

Jeudi, c’est la candidate LREM, Violette Spillebout, qui a dégainé le sondage commandé auprès de l’institut Elabe. L’étude a été réalisée début février sur un échantillon de 1.112 personnes selon la méthode des quotas. Pour l’interprétation des résultats, l’échantillon a été réduit à 804 personnes, le solde n’étant pas inscrit sur les listes électorales. L’ordre des candidats sur le podium ne change pas par rapport au sondage de décembre de nos confrères de La Voix du Nord : Aubry en tête, suivie par EELV et la liste LREM en troisième position.

Un trio identique mais des tendances inversées

En revanche, les chiffres présentés par Violette Spillebout sont autrement intéressants. Créditée de 28 % (+/- 3,1 %) des intentions de vote au 1er tour (contre 30 % en décembre), Martine Aubry perdrait du terrain tandis que la candidate LREM grappillerait des points, passant de 15 % à 17 % (+/- 2,6 %). Mais, toujours selon ce sondage, c’est l’écologiste Stéphane Baly qui ferait une remontada fulgurante, passant de 18 % à 25,5 % (+/- 3 %).

Mais ça, c’était jeudi. Ce vendredi, un sondage IFOP-Fiducial pour La Voix du Nord, CNews et Sud Radio donne un tout autre son de cloche. Il a aussi été réalisé début février selon la méthode des quotas, mais sur un échantillon plus réduit de 602 personnes inscrites sur les listes électorales. Là encore, le trio de tête ne change pas mais les tendances, elles, s’inversent. La maire sortante progresse fortement pour atteindre 35 % (+/- 3,7 %) des intentions de vote. Toujours second, EELV progresse aussi mais dans une moindre mesure à 21 % (+/- 3,3 %). Violette Spillebout en revanche perd un point pour se retrouver à 14 % (+/- 2,4 %).

La seule chose qui se confirme, c’est l’ordre d’arrivée pour le second tour. Mais pour autant, rien n’est fait. A moins de trois semaines du premier tour, les candidats peuvent encore gratter des voix. Il n’est pas impossible non plus que le grand débat entre les têtes de listes, organisé mardi prochain, change la donne. Et puis il y aura aussi le jeu des alliances entre les deux tours.

Les écologistes possèdent la clé du scrutin

Si l’histoire a vu les écologistes se rallier à Martine Aubry lors des précédentes élections municipales, la règle n’est cependant pas gravée dans le marbre. Pour le moment, Stéphane Baly et la maire sortante prêchent pour leur paroisse. Ce n’est pas le cas des autres. Marc-Philippe Daubresse (LR) a s’est allié au centriste Thierry Pauchet. Violette Spillebout n’exclut pas une alliance avec l’ancien ministre de François Fillon malgré la présence sur sa liste de son ex-rivale à l’investiture LREM, Valérie Petit. L’ancienne directrice de cabinet de Martine Aubry n’hésite pas non plus à faire du pied à EELV, même si les chiffres ne la mettent pas en position de force.

En prenant la chose dans tous les sens, une seule conclusion s’impose : lors des négociations entre les deux tours, ce sont les écologistes qui décideront qui s’installera pour six ans dans le beffroi de Lille.