Lille : Qui est le « Mozart noir » à qui des étudiants veulent donner le nom d’une place ?

PATRIMOINE Un groupe de sept étudiants et leur professeur en histoire du droit, à l’université de Lille, souhaitent rebaptiser la place Déliot en place Chevalier de Saint-George

Margaux Menu

— 

Le groupe d'élèves et leur professeur qui souhaitent rebaptiser la place Déliot en place Chevalier de Saint-George.
Le groupe d'élèves et leur professeur qui souhaitent rebaptiser la place Déliot en place Chevalier de Saint-George. — M. Menu / 20 Minutes
  • Un groupe d’étudiants en master de l’histoire du droit et leur professeur veulent rebaptiser la place Déliot, à Lille-Moulins, en place Chevalier de Saint-George.
  • Le Chevalier de Saint-George était un compositeur d’opéra métis, d’origine guadeloupéenne, qui a fait partie de la garde nationale de Lille à la fin du 18e siècle.
  • Un autre collectif d’historiens n’est pas d’accord avec ce projet.

Ils veulent changer le nom de leur place universitaire. Lorsque Louis de Carbonnières, professeur à l’université de Lille et directeur de l’institut d’études juridiques, a parlé à ses élèves du « Mozart noir », personne ne s’attendait à un tel engouement.

Un groupe de sept étudiants en master de l’histoire du droit s’est pris de passion pour l’histoire singulière de celui qu’ils surnomment, entre eux, « l’illustre inconnu ». Petit à petit, une idée folle a germé au sein de la classe : rebaptiser la place Déliot, place emblématique du quartier Moulins depuis sa création en 1840, par le nom du Chevalier de Saint-George.

Métis et d’origine guadeloupéenne

« A force de nous intéresser à son histoire, chacun s’est senti concerné pour des raisons différentes », explique Justine Hubert, membre du projet. Ce chevalier, métis et d’origine guadeloupéenne, a vécu dans la deuxième moitié du 18e siècle. Il avait de multiples cordes à son arc : formidable épéiste, mais aussi compositeur d’opéra et membre de la garde nationale de Lille.

Portrait de Joseph Bologne de Saint-George, dit Chevalier de Saint-George.
Portrait de Joseph Bologne de Saint-George, dit Chevalier de Saint-George. - Collection / SIPA

L’homme était également un humaniste convaincu, investi dans la lutte contre l’esclavage. Car « il était aussi un homme de couleur, et voilà une des raisons pour lesquelles sa mémoire n’a, jusqu’alors, jamais été honorée », selon Lucas Mignani, porte-parole du groupe.

Aujourd’hui, Lille ne possède qu’une place portant le nom d’un noir américain, Martin Luther King, et le groupe d’étudiants veut changer la donne. Fin janvier, ils diffusent une pétition auprès des commerçants du quartier de la faculté de droit.

Fondateurs de la première école du quartier

« J’adhère à leur projet à 200 %, s’exclame René Ydée, gérant de la brasserie en face de l’université et premier à signer la pétition. Le Chevalier de Saint-George est à l’image de notre quartier : un mélange de cultures et de milieux sociaux différents. Donner son nom à la place Déliot revaloriserait Moulins. »

Pourtant, tout le monde n’est pas d’accord. Jean-Paul Van Goedtsanhoven, président du Groupe de mémoire du quartier Lille-Moulins, se dit même « farouchement opposé au projet ». Lui-même historien, il ne peut se résoudre à amputer son quartier natal du nom d’Hubert et Pierre Déliot, fondateurs de la première école du quartier.

« C’est un personnage trop daté »

« On pourrait éventuellement donner le nom de ce chevalier à une place dans le nouveau quartier de la Porte de Valenciennes, mais sincèrement, je trouve le personnage trop daté et Paris l’a déjà honoré d’une rue dans le 1er arrondissement », assure-t-il.

Malgré les voix opposées au projet, le petit groupe d’étudiants et leur professeur ne veulent pas céder : Lille doit rendre hommage au « Mozart noir », peu importe à quel endroit. Avec le soutien du doyen de leur université et de Julien Poix, candidat La France Insoumise à la mairie de Lille, les étudiants comptent rallier à leur cause l’orchestre national de Lille pour un concert en l’honneur de leur « illustre inconnu » en jouant son opéra, Le nègre des Lumières.

En attendant de pouvoir fouler une place au nom du Chevalier de Saint-George, les Lillois pourront continuer à lire les anecdotes de sa vie sur le compte twitter tenu par le groupe d’élèves.