« Trop peu de femmes dirigeantes »

Recueilli par O. A. - ©2008 20 minutes

— 

Valérie Létard

Secrétaire d'Etat à la Solidarité (Nouveau Centre), conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais.

La France a-t-elle à apprendre de ses voisins en matière d'égalité professionnelle hommes-femmes ?

Nous aurons toujours à apprendre les uns des autres. La France est dans la moyenne : l'écart est de 11 % sur les salaires horaires bruts, alors que la moyenne européenne est de 15 %. C'est sur les primes et les indemnités que l'écart se creuse. La seule façon d'y remédier, c'est que la femme salariée ne souffre plus des discriminations liées à ses impératifs familiaux.

Au niveau national, très peu de femmes parviennent encore à des postes de direction. Quels moyens d'action avez-vous ?

Anne Lauvergeon [dirigeante d'Areva] est l'arbre qui cache la forêt ! On ne compte que 8 % de femmes dans les conseils d'administration et 30 % de femmes chefs d'entreprise. Ces chiffres sont consternants. La présence des femmes en politique a avancé grâce à la parité imposée. Pourquoi ne pas envisager les quotas dans les conseils d'administration ? La révision constitutionnelle nous y autorise.

Plus précaires, les femmes ne risquent-elles pas d'être les premières à souffrir en période de crise ?

On organise avec Xavier Bertrand une table ronde sur le temps partiel le 12 décembre. Les femmes ne doivent pas être la variable d'ajustement de la crise.

Avez-vous en tête des exemples de Nordistes qui peuvent faire bouger la région ?

Les femmes nordistes veulent que leur réussite soit, d'une manière ou d'une autre, liée à la solidarité. C'est la marque de fabrique ch'ti ! Thérèse Lebrun, doyenne de l'université catholique de Lille, Natacha Bouchart, la maire (UMP) de Calais, ou l'écrivain Marie Desplechin font partie de celles qui font avancer notre région en étant efficaces et discrètes, deux qualités essentielles.