Lille décroche le lot de consolation

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

En juillet, elles réclamaient 730 millions d'euros. En septembre, elles espéraient encore en obtenir 154. Finalement, les facs lilloises devraient récupérer entre 30 et 60 millions d'euros du plan d'aide gouvernemental. C'est en tout cas ce qu'a annoncé, hier, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, dans les colonnes des Echos.

Recalée cet été à deux reprises de l'opération Campus, la candidature lilloise n'avait hérité que du label « projet prometteur ». Elle se situe tout de même en tête de ces facs à fort potentiel. Et, selon nos informations, devrait se voir attribuer 60 millions d'euros pour se moderniser, soit le haut de la fourchette évoquée par la ministre. Insuffisant toutefois pour Michel-François Delannoy, le vice-président (PS) en charge des universités à la communauté urbaine : « Nous ne faisons pas l'aumône. On ne réclame pas ces fonds pour le principe. Mais parce qu'on en a besoin. » Dans le viseur de l'élu, la vétusté des résidences étudiantes et des labos des chercheurs.

Vice-président (PS) du conseil régional en charge du dossier, Jack Lang est, lui, plus nuancé. « Si j'avais été ministre, je n'aurais pas agi de cette manière, lâche-t-il. Mais c'est tout de même une avancée pour les universités. » Pas pour tous les projets qui dorment dans les cartons depuis juillet. Il faudra sélectionner les « plus indispensables », a précisé la ministre. Les présidents des trois facs lilloises attendent justement d'en savoir plus pour commencer le tri.