Municipales 2020 à Lille: Martine Aubry présente les priorités de sa campagne

POLITIQUE La maire de Lille a lancé officiellement sa campagne pour les municipales 2020

Gilles Durand

— 

Martine Aubry a annoncé les grandes lignes de son programme, samedi, à Lille.
Martine Aubry a annoncé les grandes lignes de son programme, samedi, à Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • La maire de Lille, Martine Aubry, a lancé officiellement sa campagne pour les municipales 2020.
  • Concernant la sécurité, elle souhaite créer un centre de supervision de surveillance urbaine propre à la ville.
  • Martine Aubry a annoncé la mise en place d’une trame verte autour de la ville, le long du périphérique urbain.

« Il faut savoir ne pas courir derrière celui qui crie le plus fort ». Avec sa verve habituelle, Martine Aubry, a dévoilé, ce samedi lors d’une conférence de presse, les grandes lignes de son programme pour les municipales 2020, qui auront lieu les 15 et 22 mars. La maire (PS) de Lille, a dénoncé d’emblée « la démagogie » qui, selon elle, alimente cette campagne.

« Ce sont des villes que viendront les réponses en matière sociale et écologique. Il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale », rappelle Martine Aubry qui assure qu’il « n’y aura pas d’augmentation des impôts, mais ce n’est pas un projet politique ».

Création d’un centre de vidéosurveillance urbaine

L’annonce principale concernant la sécurité, c’est la création d’un centre de supervision de vidéosurveillance urbaine propre à la ville, avec l’installation d’un commissariat central pour les policiers municipaux.

L’environnement, qui devient un enjeu majeur de cette élection municipale, se traduit par une promesse de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre, d’ici à 2030. La candidate s’engage à développer une « métamorphose paysagère », notamment avec des trames vertes prévues le long du périphérique lillois et de nombreuses places qui doivent devenir des places vertes.

La pollution ? « Il ne suffit pas de mettre un masque et de s’écrouler par terre pour régler le problème. Si la région et la métropole ne travaillent pas de concert sur ces pollutions aux particules fines, la ville seule ne peut faire que sa part. »

Un ancien ministre absent

Concernant la liste présentée en même temps que le programme, il y a un grand absent : l’ancien ministre socialiste, Patrick Kanner, ancien adjoint à Lille et président du conseil départemental du Nord. « Il n’a pas souhaité faire partie de la liste », souligne Martine Aubry.

Parmi les 17 personnalités que Martine Aubry est parvenue à convaincre, on peut citer notamment l’avocat Jérôme Pianezza et l’ancien directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) du Nord, Jean-Claude Menaut, qui doit apporter « son expérience dans le domaine de la sécurité ».

La figure sportive, cette fois, sera incarnée par la basketteuse de Villeneuve d’Ascq Johanne Gomis. « Je prends ça comme un devoir », explique-t-elle.

La moyenne d’âge de cette liste est de 46 ans. Une liste renouvelée à moitié avec le PCF et le PRG comme allié.