VIDEO. Nord : Centenaire, la brasserie 3 Monts doit lutter contre une concurrence grandissante

CONSOMMATION (AVEC MODERATION) Alors qu’elle célèbre ses 100 ans cette année, la brasserie 3 Monts investit pour garder sa place sur le marché de la bière de dégustation

Gilles Durand & Charlotte Cresson

— 

Le directeur de la brasserie 3 Monts, Pierre Marchica, arrière-petit fils du fondateur Rémy Ricour.
Le directeur de la brasserie 3 Monts, Pierre Marchica, arrière-petit fils du fondateur Rémy Ricour. — G. Durand / 20 Minutes
  • A Saint-Sylvestre-Cappel, dans le Nord, la brasserie 3 Monts, célèbre, cette année, son centième anniversaire avec des festivités programmées les 19 et 20 juin.
  • L’entreprise de 25 salariés est restée indépendante et familiale depuis quatre générations.
  • La brasserie vient d’investir 10 millions pour faire face à une concurrence de plus en plus grande.

La « petite bière » est devenue grande. A Saint-Sylvestre-Cappel, dans le Nord, la brasserie 3 Monts*, célèbre cette année son centième anniversaire avec des festivités programmées les 19 et 20 juin. L’occasion d’un retour sur la 3 Monts, une des bières les plus atypiques et les plus connues du Nord.

Si l’entreprise de 25 salariés est restée indépendante et familiale depuis quatre générations, elle doit son chiffre d’affaires (12 millions d’euros) pour 80 % à la grande distribution. « Or, nous avons constaté que souvent notre produit était peu visible dans les rayonnages », déplore Pierre Marchica, directeur de 3 Monts depuis 2011.

Force commerciale commune

D’où la mise en place, en octobre 2019, d’une force commerciale commune avec la brasserie Duyck qui fabrique la Jenlain, près de Valenciennes. « Nos deux grands-pères, Pierre Ricour et Robert Duyck s’étaient connus sur les bancs de l’Ecole de Brasserie de Nancy, dans les années 1950. C’est un juste retour des choses », note Pierre Marchica.

L’objectif est aussi de pouvoir lutter contre une concurrence grandissante, entre la mainmise sur le marché par les géants brassicoles et les nouveautés des microbrasseries qui ont le vent en poupe. La brasserie 3 Monts a ainsi investi 10 millions en six ans pour augmenter sa capacité de production. Tout en misant sur la tradition.

« La bière de spécialité a de belles heures devant elle. On ne va pas se réinventer, il faut s’affirmer sur un marché qui arrive à maturité, notamment dans le Nord », assure le directeur.

Les deux levures de la 3 Monts

Créée en 1984, la bière 3 Monts en est l’exemple. « Son goût demeure identique grâce à une levure unique confectionnée à base de deux levures achetées au départ dans deux laboratoires. C’est notre secret de fabrication depuis plus de 35 ans », explique le maître brasseur, Kevin Becaert. Trois à quatre semaines de maturation et le tour est joué.

Cette bière a également sauvé l’entreprise dans les années 1980 où la concentration des brasseries battait son plein. « C’était l’un des premières bières de dégustation en France », glisse Pierre Marchica.

Rémy Ricour, qui a repris la brasserie de Saint-Sylvestre-Cappel, dans le Nord, en 1920.
Rémy Ricour, qui a repris la brasserie de Saint-Sylvestre-Cappel, dans le Nord, en 1920. - Brasserie 3 Monts

Auparavant, depuis le rachat de cette petite brasserie en 1920 par Rémy Ricour et sa femme Marie, la production était axée essentiellement sur la « petite bière » de consommation courante. « Au début, la vente se limitait à une vingtaine d’estaminets autour de la brasserie. On produisait alors environ 5.000 hectolitres par an. Aujourd’hui, nous atteignons 78.000 avec un objectif de 140.000 d’ici à 2026 », précise le directeur, arrière-petit fils de Rémy Ricour.

Gamme bio et nouvelle marque

Dans les années 1950, Pierre Ricour avait lancé la marque Du Moulin, qui existe toujours. « C’est une bière de proximité qui fonctionne depuis soixante ans avec le système de la consigne, explique Eric Béziers, directeur commercial. Ce n’est pas la plus rentable, mais la production fait partie de notre histoire ». Et la consigne, c’est peut-être l’avenir.

Diversification des produits oblige, une gamme bio est née en 2018 et une nouvelle marque, Houthakker, basée sur les goûts genre IPA des plus jeunes, vient d’être lancée en fûts. « On a retrouvé quelques vieilles recettes d’après guerre sur lesquelles on travaille. Avec l’épeautre par exemple, annonce Eric Béziers. Mais c’est encore en état de projet ».

* La brasserie 3 Monts tire son nom des trois monts qui l’entourent : les Mont des Cats, le Mont des Récollets et le Mont Cassel.