Lille : Le préfet interdit de fait la manif nocturne aux flambeaux

SÉCURITÉ Un événement Facebook prévoyait une retraite aux flambeaux dans les rues de Lille la veille de la manifestation nationale contre la réforme des retraites

Mikaël Libert

— 

Le préfet craint des débordements.
Le préfet craint des débordements. — M.Libert / 20 Minutes

Une retraite aux flambeaux, oui, mais sans flambeau. Un événement Facebook a été créé il y a plusieurs jours pour organiser un défilé, à Lille, la veille de la manifestation nationale contre la réforme des retraites prévue vendredi. Clin d’œil ironique, le cortège devait sillonner les rues en nocturne sous la forme d’une retraite aux flambeaux. Le préfet a dit non.

Plusieurs organisations sont à l’origine de cette pré-manif à la lumière de torches enflammées. Notamment la CNT, Sud Solidaires ou encore l’UCL. Le défilé devait partir vers 18h30 de la porte de Paris. Les organisateurs ont fait les choses dans les règles en déclarant le parcours prévu en préfecture. L’idée était de proposer « des manifestations nocturnes fortes qui changent un peu des manifestations habituelles », avec, en symbole, les « flambeaux de la révolte. »

Ni flambeau, ni feux d’artifice

Ce jeudi, le préfet du Nord a pris un arrêté interdisant non pas la manifestation, mais « l’utilisation des artifices de divertissement et les objets enflammés type torche. » Cette interdiction a été prise pour les communes de Lille et Seclin, jeudi, entre 16h et minuit.

Pour justifier cette décision, le préfet évoque de « nombreux incidents et dégradations […] constatés lors des manifestations contre le projet de réforme des retraites. » Il met aussi en avant les dangers potentiels « qui peuvent résulter de l’utilisation inconsidérée ou malintentionnée » des artifices pyrotechniques. Les autorités craignent, notamment, l’utilisation de ces objets comme « arme par destination envers les forces de l’ordre. »