Nord : Le plus grand salon de beauté de France pour les TGV est à Lille

TRANSPORT Dans cet immense atelier, les techniciens de la SNCF remettent à neuf les vieilles rames de trains à grange vitesse

Mikaël Libert

— 

Le technicentre d'Hellemmes.
Le technicentre d'Hellemmes. — M.Libert / 20 Minutes
  • La SNCF a inauguré un nouveau technicentre près de Lille, l’Atelier 57.
  • Cet atelier ultramoderne est deux fois moins grand et deux fois moins cher que l’ancien.
  • Les rames de TGV vieillissantes y sont entièrement rénovées et modernisées.

Il y a deux principales raisons pour qu’un TGV ne circule pas. Une grève ou une panne. Pour la première, il faut voir avec le gouvernement. Pour la seconde, c’est à Hellemmes, près de Lille, que ça se passe. Dans son immense, et flambant neuf, technicentre, baptisé Atelier 57, la SNCF redonne une nouvelle jeunesse aux vieilles rames de train à grande vitesse et assure la maintenance des pièces de rechange.

Une voiture de TGV en cours de rénovation.
Une voiture de TGV en cours de rénovation. - M.Libert / 20 Minutes

De mémoire de Lillois, le Technicentre SNCF est installé depuis longtemps, très longtemps, dans la commune rattachée à Lille, Hellemmes. Son histoire remonte à si loin qu’en son temps, la maintenance des trains a vapeur était assurée à cet endroit. Il est le plus grand des dix sites en France réalisant la maintenance industrielle, la rénovation et la modernisation des matériels roulants. La surface du nouvel atelier ne représente pas moins de quatre terrains de football (28.000 m2).

Un bâtiment à énergie positive

« Ce bâtiment est deux fois moins grand que les anciens ateliers mais l’optimisation de l’espace nous permet néanmoins d’obtenir un meilleur rendement », explique Jean-Paul Gomaris, directeur du site. Ces nouvelles installations sont aussi beaucoup moins gourmandes en énergie. « C’est le premier bâtiment industriel à énergie positive grâce à une centrale photovoltaïque de 6.000 m2 installée sur le toit », poursuit-il, précisant que l’ambition visée était l’autoconsommation énergétique.

Un technicien pilote un moover avec sa télécommande.
Un technicien pilote un moover avec sa télécommande. - M.Libert / 20 Minutes

A l’intérieur, malgré la présence d’une rame complète de TGV, il y a de l’espace. C’est tellement propre que l’on pourrait manger par terre. Des robots assurent le nettoyage du sol en permanence et de manière totalement autonome. Pour lever ou déplacer les pièces lourdes, comme les trains roulants ou les voitures complètes, les ouvriers disposent de moovers, des chariots autonomes ou pilotés avec une télécommande.

Drones, robots, exosquelettes…

Certains employés sont équipés d’exosquelettes pour les soulager sur les postes les plus éprouvants physiquement. Au lieu de grimper sur les toits des voitures pour les inspecter, les chaudronniers et les peintres utilisent des drones. Des outils modernes qui bénéficient aux ouvriers, certes, mais qui permettent surtout de sacrées économies : « Cela coûte environ deux fois moins cher au m2 qu’un atelier classique », assure-t-on à SNCF immobilier.

La principale activité de l’atelier 57 est de réaliser les opérations « mi-vie » sur les TGV et les trains transmanche. « Une rame a une durée de vie de 40 ans. A la moitié, elle est entièrement démontée et tout est remplacé à neuf, sauf la caisse », explique un technicien à 20 Minutes. Du neuf, mais aussi du moderne : Wifi, aménagements intérieurs, équipements informatiques… Il faut 32.000 heures de travail, réparties sur environ trois mois, pour rénover une rame entière.