Nord: La député Valérie Petit démissionne de La République en marche

POLITIQUE La député ex-En Marche Valérie Petit explique les raisons de sa démission du parti présidentiel, notamment car LREM « ne prend pas le chemin d’une plus grande démocratie interne »

Gilles Durand

— 

Valérie Petit, candidate sous l'étiquette La république en marche, dans la 9e circonscription du Nord.
Valérie Petit, candidate sous l'étiquette La république en marche, dans la 9e circonscription du Nord. — G. Durand / 20 Minutes

Elle souhaite « retrouver sa liberté politique pour servir avec force mais indépendance les Français ». La députée du Nord, Valérie Petit, a annoncé, ce mardi, qu’elle avait présenté sa démission, jeudi dernier, du mouvement La République en marche (LREM).

Dans un communiqué, elle précise que cette décision est motivée par des questions de « liberté, de démocratie et d’éthique ». « Les partis ne répondent plus, ni à leur vocation première, produire des idées et des leaders légitimes, ni aux aspirations nouvelles des Français qui exigent plus de participation citoyenne », explique-t-elle.

« Autoritarisme de petits chefs non élus »

La députée affirme que LREM « ne prend pas le chemin d’une plus grande démocratie interne ». Elle s’était opposée, récemment, à la réforme des statuts de son parti. « Cette absence de démocratie […] laisse la place à l’autoritarisme de petits chefs non élus et accouche de décisions politiques hors sol », selon elle.

« Les marcheurs sont le trésor perdu de ce mouvement » note Valérie Petit qui estime avoir joué le rôle de lanceur d’alerte, sans avoir été entendue. Elle assure qu’elle va rester au sein de son groupe parlementaire en tant qu’apparentée. En juillet 2019, la députée avait violemment critiqué l’investiture par LREM de Violette Spillebout à la candidature mairie de Lille. Candidature qu’elle avait elle-même briguée, en vain.