La Maison de la photo dans le flou artistique

V. V. - ©2008 20 minutes

— 

L'objectif n'a pas changé. Pour se développer, la Maison de la photo doit trouver de l'argent. D'où ce paradoxe : pour réussir à faire tourner sa structure, Olivier Spillebout, le directeur, a décidé de la fermer. Temporairement. Les dernières expos ont été annulées. Quatre des huit salariés ont aussi dû arrêter de bosser.

« On reprendra avec le festival Transphotographiques [en mars], explique Olivier Spillebout, le directeur. Ce que les gens ne comprennent pas, c'est qu'on a besoin de la Maison de la photo pour préparer ce festival. » Ceux qu'ils nomment les gens, ce sont en fait les élus de la mairie de Lille. Sauf que « la mairie n'a jamais financé la Maison, répond Catherine Cullen, adjointe (PS) à la Culture. Notre politique a toujours été de subventionner le festival à hauteur de 200 000 euros. » En attendant de connaître le gagnant de ce bras de fer, les deux salles d'exposition de Lille-Fives sonnent délibérément creux. « Martine Aubry a toujours voulu que la culture inonde les quartiers, conclut Olivier Spillebout. Si elle ne veut plus de nous, qu'elle le dise. Je connais plein de cabinets d'architectes qui seraient ravis de louer nos locaux. »