Oise : Des enceintes modernes dans de vieilles radios vintage

DEUXIEME VIE L’entreprise Charlestine conjugue nostalgie et high-tech dans son petit atelier de Rully dans l’Oise

Mikaël Libert

— 

Charlestine restaure et modernise les vieilles TSF
Charlestine restaure et modernise les vieilles TSF — Charlestine

Elles ont connu leurs heures de gloire il y a de nombreuses décennies et sont désormais reléguées dans les greniers de nos grands-parents. Si, pour la beauté de l’objet, certaines anciennes radios, appelées aussi TSF, trônent encore parfois dans un salon, elles restent cependant désespérément muettes. L’entreprise Charlestine, dans l’Oise, permet à ces antiquités de chanter de nouveau.

Aujourd’hui âgé de 35 ans, Xavier Barthélémy, le patron de Charlestine, n’avait pourtant pas vocation à mettre les mains dans les entrailles de vieux postes de radio. Sauf que le destin fait parfois bien les choses. « Lors d’une soirée entre amis, nous avions caché une enceinte Bluetooth dans une radio ancienne. Le son n’était pas très bon, mais je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose à faire dans cette voie », se souvient-il. A l’époque, il bossait dans le marketing digital et c’est à la faveur d’une rupture conventionnelle que le trentenaire a décidé de se lancer. « C’était en 2015, j’ai monté ma boîte seul grâce à mes indemnités », ajoute-t-il.

« Il est important de garder la marque du temps »

Son idée de base était de transformer les vieilles TSF en objets modernes avec une acoustique irréprochable sans toutefois dénaturer l’objet. « Il y a un gros travail de restauration afin d’obtenir le fameux effet “waouh” sans pour autant refaire à neuf. Pour moi, il est important de garder la marque du temps, les traces de l’histoire », insiste Xavier Barthélémy. Parce que pour ses clients, ces radios sont porteuses de souvenirs, de nostalgie. « C’est aussi pour cela que les transformations ne sont pas visibles de l’extérieur », assure-t-il.

Charlestine restaure et modernise les vieilles TSF
Charlestine restaure et modernise les vieilles TSF - Charlestine

En revanche, à l’intérieur des TSF, tout est neuf. Outre le Bluetooth, l’électronique, les composants et les haut-parleurs sont choisis pour assurer la meilleure qualité d’écoute possible. « Je suis avant tout un amoureux du son donc on ne fait pas n’importe quoi. Par exemple, nous ne restaurons pas les anciens postes en métal, qui vibrent trop, ou les modèles trop petits qui offrent une moins bonne caisse de résonance », explique Xavier Barthélémy.

Dans son petit atelier de l’Oise, Charlestine s’occupe soit des postes rapportés par des clients, soit de ceux achetés à des collectionneurs. Comme chaque pièce est unique et demande beaucoup de temps, les prix sont compris entre 650 et 1.200 euros. Mais le résultat est à la hauteur. Ça, et l’engouement pour le vintage, vaut à la petite entreprise d’exporter ses pièces dans le monde entier. Bientôt, en plus des radios, l’entrepreneur compte s’attaquer à beaucoup plus gros : les meubles audio des années 1970.