VIDEO. Lille : La nouvelle subvention pour l’événement culturel Lille 3000 contestée par les opposants de Martine Aubry

CULTURE Candidats aux municipales et opposition dénoncent les votes de subventions pour Lille 3000, quatre mois avant les élections municipales

Gilles Durand

— 

Lille, le 4 mai 2019. Grande parade d'ouverture des festivites de Lille 3000 Eldorado.
Lille, le 4 mai 2019. Grande parade d'ouverture des festivites de Lille 3000 Eldorado. — M.Libert/20 Minutes
  • Le conseil de la métropole de Lille a voté, vendredi, une subvention trisannuelle de 3 millions d’euros pour l’association culturelle Lille 3000.
  • Le conseil municipal de Lille doit également voter, jeudi, une aide de 1,7 million.
  • Des opposants contestent l’agenda de ce vote, quatre mois avant les élections municipales.

Une subvention qui fait grincer les dents. Le conseil municipal de Lille doit voter, jeudi, une délibération visant à accorder 1,7 million d’euros à l’association culturelle Lille 3000 pour préparer, entre 2020 et 2022, l’événement Utopia. Un vote qui risque de faire débat, comme ce fut le cas, vendredi, à la métropole de Lille (MEL) avec, néanmoins, l’adoption – à une large majorité – d’une première aide trisannuelle de 3 millions.

Une question de calendrier

L’agenda de ces votes pose question. L’édition 2019, Eldorado, vient tout juste de se terminer. Un premier bilan faisant état de 2,5 millions de visiteurs a été présenté, il y a quinze jours. Un peu tôt pour revoter une nouvelle subvention pour l’édition suivante qui aura lieu en 2022 ? « Nous ne connaissons même pas encore la programmation », s’étonne Stéphane Baly, conseiller métropolitain (EELV), dont le groupe a voté contre, lors du conseil de la MEL.

« Cet engagement triennal est plus que surprenant dans le cadre du calendrier électoral que nous connaissons et des choix que les nouveaux exécutifs municipaux et donc métropolitains pourraient faire pour notre territoire après mars 2020 », conteste Violette Spillebout. La candidate (LREM) aux municipales de Lille avait demandé, en vain, un report du vote au président (SE) de la MEL, Damien Castelain.

Même interrogation de la part de Marc-Philippe Daubresse, candidat (LR) à Lille : « Pourquoi hypothéquer l’avenir en versant 3 millions d’euros d’argent public à Lille 3000, aujourd’hui ? ». Pour la maire (PS) de Lille, Martine Aubry, il faut aller vite : « Lille 3000 a besoin de trois ans pour préparer un thème ».

Les retombées de l’événement

Martine Aubry a fait de Lille 3000 l’étendard de sa politique. « C’est un levier pour doper l’attractivité de la métropole », vante le vice-président de la MEL, Alain Bernard. Un rapport de la Chambre régionale des Comptes, publié en mars, est venu tempérer cette ardeur, en mettant en avant des dysfonctionnements et des irrégularités sur le fonctionnement de l’association.

La CRC reprochait notamment des évaluations de retombées économiques peu fiables, une comptabilité pas toujours conforme et des salaires très élevés (jusqu’à 4.300 euros bruts mensuels pour 9 heures de travail hebdomadaire).

Pour l’édition Eldorado, une étude complète des retombées doit être dévoilée au premier trimestre 2020. Martine Aubry reconnaît, elle-même, qu'« il faudra effectivement attendre d’autres éléments pour faire un bilan complet », mais qu’« un comité de suivi existe et qu’il s’est réuni récemment ».

Lille 3000 accusée d’hégémonie

L’opposition lilloise rejoindra EELV pour voter contre la subvention à Lille 3000. « On ne remet pas en cause l’intérêt culturel de Lille 3000, mais son modèle de fonctionnement, signale François Kinget, conseiller municipal (DVD). C’est une sorte de concession de la politique culturelle dans laquelle doivent se fondre toutes les associations. Ça pose problème. »

« Les fêtes populaires prennent une certaine modernité sous l’étiquette Lille 3000. Cet événement a changé notre image », assure, au contraire, Martine Aubry.

La région Hauts-de-France risque aussi d'être mise à contibution. Elle doit, à son tour, voter une subvention, début 2020. Subvention dont le montant n’est pas encore connu. L’événement sera également aidé par le ministère de la Culture à hauteur de 1,5 million.