Grève du 12 décembre à Lille : Une journée de manifestation mouvementée contre la réforme des retraites

GREVE DU 12 DECEMBRE Plusieurs personnes ont été interpellées à la fin de la manifestation lilloise

Mikaël Libert

— 

Un manifestant interpellé à Lille.
Un manifestant interpellé à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Jeudi, à Lille, comme dans beaucoup de villes de France, les organisations syndicales s’étaient de nouveau mobilisées contre la réforme des régimes de retraites. Si le mouvement des cheminots a généré de fortes perturbations sur le réseau TER et les lignes à grande vitesse, les agents d’Enedis ne sont pas restés les bras croisés.

En effet, à Tourcoing, des électriciens ont coupé le courant dans plusieurs secteurs de la ville, privant des crèches et des écoles de chauffage selon la mairie. Le centre commercial Promenade de Flandres, à Neuville-en-Ferrain et l’Auchan de Roncq ont, par ailleurs, été plongés dans le noir pendant plusieurs heures, obligeant les magasins à fermer leurs portes.

Coupures de courant, manifestation et interpellations

La manifestation lilloise, partie de la Porte de Paris vers 14h30, a rassemblé entre 1.500 et 2.000 personnes. Le cortège s’est déroulé dans le calme et au pas de course. A la fin du parcours, place de la République, les forces de l’ordre ont procédé à au moins quatre interpellations ciblées, parfois assorties de jets de gaz lacrymogène.

Selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), les motifs de ces interpellations étaient « dissimulation de visage » et « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique », autrement dit des jets d’objets sur des policiers.

Le syndicat Sud-Solidaires avance le chiffre d’une vingtaine de personnes interpellées. Ce bilan n’a pas été confirmé par la police ni par la préfecture à 20 Minutes. Cependant, sur les réseaux sociaux, plusieurs témoignages font état de l’arrestation d’un étudiant en journalisme de l’ESJ alors qu’il photographiait la manifestation. Des manifestants sont ensuite allés réclamer la libération de ce dernier au commissariat central de Lille.