Lille : Après avoir réussi son baptême, l'institut pour la photographie veut continuer à grandir

CULTURE Inauguré il y a deux mois dans un hôtel particulier du Vieux-Lille, le nouveau lieu culturel de la ville a déjà attiré près de 25.000 personnes mais va fermer ses portes jusqu’au printemps

Francois Launay

— 

Lille, le 11 décembre 2019. L'Institut pour la photographie a ouvert ses portes depuis le 11 octobre 2019 à Lille
Lille, le 11 décembre 2019. L'Institut pour la photographie a ouvert ses portes depuis le 11 octobre 2019 à Lille — Francois Launay / 20 Minutes
  • L’institut pour la photographie de Lille a connu un joli succès de fréquentation avec près de 25.000 visiteurs depuis son ouverture au public il y a seulement deux mois.
  • Dédié à la photo, il va fermer ses portes dimanche 15 décembre avant de rouvrir le 3 avril.
  • Ce lieu culturel est aussi très politique puisqu’il a été imaginé par Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France.

Premier pari réussi. Ouvert depuis le 11 octobre dernier à Lille, l'Institut pour la photographie a rencontré son public. En deux mois, le lieu, installé dans le Vieux-Lille au 11 rue de Thionville, a attiré gratuitement plus de 22.000 visiteurs. Une affluence qui pourrait même atteindre les 25.000 personnes d’ici ce dimanche 15 décembre, jour de clôture des sept expositions d’un genre différent mais au thème commun : la banalité du quotidien.

« Le bilan est vraiment positif. On est sur une moyenne de fréquentation haute par rapport à ce qu’on attendait (entre 15.000 et 25.000 visiteurs). On a surtout eu beaucoup de retours positifs du public sur la qualité des expositions, sur l’espace dédié aux œuvres et surtout sur le lieu », raconte Giulia Franchino, chargée de la communication et des événements de l’Institut.

Un endroit chargé d’histoire

Il faut dire que le lieu dans lequel s’est installé l’institut pour la photographie a quelque chose de grandiose. Bâti à la fin du XIXe siècle, cet hôtel particulier de 3.600 m2 a eu plusieurs vies. Base militaire, école de jeunes filles, lycée professionnel ou encore centre d’orientation, l’immense bâtisse, qui appartient désormais au conseil régional des Hauts-de-France, vient donc de devenir un lieu dédié à la photo.

Lille, le 11 décembre 2019. L'Institut pour la photographie a ouvert ses portes depuis le 11 octobre 2019 dans cet hôtel particulier du Vieux-Lille.
Lille, le 11 décembre 2019. L'Institut pour la photographie a ouvert ses portes depuis le 11 octobre 2019 dans cet hôtel particulier du Vieux-Lille. - Francois Launay / 20 Minutes

Après une deuxième grande exposition prévue du 3 avril au 14 juin 2020, l’endroit va bénéficier d’un gros lifting. Il fermera ses portes pendant un an et demi, la faute à de gros travaux de rénovation (environ 12 millions d’euros) qui devraient durer jusqu’à fin 2021-début 2022. A terme, l’institut veut devenir incontournable en France dans le domaine de la photographie. Avec de multiples ambitions.

« Ce ne sera pas qu’un lieu d’expositions. L’idée c’est de créer une dynamique tout autour de la photo. Ce sera ainsi un lieu de conservation avec un gros fonds d’archives mais également un lieu de recherche et de transmission artistique et culturelle sur l’ensemble du territoire. On insistera notamment sur la lecture critique de l’image dans un moment où elle n’a jamais été si présente dans notre quotidien via les réseaux sociaux », poursuit Giulia Franchino.

Un institut culturel très politique

Ambitieux sur le plan culturel, l’institut pour la photographie est aussi un endroit très politique. L’idée du lieu est née il y a deux ans de l’imagination de Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, et de Sam Stourdzé, directeur des célèbres rencontres d’Arles et partie prenante du projet.

Des ponts se sont donc mis en place à travers la photo entre la ville du Sud et la grande cité nordiste. Ce qui fait grincer des dents. Directeur de la maison de la photographie, installée à Fives depuis 2003 et à l’initiative du festival des Transphotographiques à Lille, Olivier Spillebout s’était fendu d’ une lettre ouverte à Xavier Bertrand le jour de l’inauguration du nouveau lieu.

La famille de la photo est divisée à Lille

« On sait combien votre projet d’Institut écrase sciemment l’existence de la Maison de la Photographie, qui contribue pourtant depuis plus de vingt-deux ans à l’histoire de la Photographie sur les Hauts-de-France et au-delà » avait écrit celui qui est aussi l’époux de Violette Spillebout, candidate LREM aux municipales de 2020 à Lille.

Du côté de l’Institut, on rétorque qu’il y a de la place pour tout le monde. Même si tout le monde ne semble pas encore prêt à poser sur la même photo…