Roubaix : Des jouets éco-responsables pour sensibiliser petits et grands aux enjeux environnementaux

EDUCATION Deux Roubaisiens ont inventé des jeux pour sensibiliser enfants et parents aux enjeux de la protection des mers ou de l’Amazonie

Mikaël Libert

— 

Sloli, la marque de jeux éco-responsables made in Roubaix.
Sloli, la marque de jeux éco-responsables made in Roubaix. — Sloli
  • Sloli, une marque de jeux éco-responsables a été créée à Roubaix.
  • Des matières premières à la fabrication, tout provient de France.
  • L’idée est de sensibiliser grands et petits aux enjeux environnementaux.

La course des achats de Noël a commencé. Et avec elle, les longues listes de jouets en plastique pas vraiment écologiques. Comment concilier plaisir d’offrir et développement durable ?  Sloli, une jeune entreprise installée à Roubaix (Nord), a peut-être une solution pour vous.

« Notre idée de base était de parler des grands enjeux environnementaux au travers de jeux qui seraient avant tout ludiques », explique Morgane de Villers, co-fondatrice de Sloli. « Notre marque est d’ailleurs un jeu de mots avec le mot anglais slowly. Faire les choses plus lentement, prendre le temps, consommer moins mais mieux », assure la jeune entrepreneuse de 29 ans.

« Tout est fabriqué au pire en France, au mieux en hyperlocal »

Morgane de Villers et son associé, François-Xavier Poulain, bossaient tous les deux dans le domaine de l’innovation sociale pour une célèbre enseigne de bricolage (pas celle-là, l’autre). Mais comme les grandes boîtes sont difficiles à faire bouger, Ils ont claqué la porte et développé ce projet de fabriquer des jeux éco-responsables. « Tout est fabriqué au pire en France, au mieux en hyperlocal, à Roubaix. Le bois provient de forêts du Jura gérées durablement et le papier est recyclé », détaille Morgane. A ce jour, Sloli a lancé trois jeux, notamment grâce à une campagne de financement participatif qui a fonctionné beaucoup mieux qu’espéré : 400 % de l’objectif.

Au catalogue : « Mission Amazonie », « Mission océans » et « Mission potager ». « Pour les océans, c’est un peu le principe que la pêche aux canards sauf que les enfants découvrent différentes espèces de poissons qui peuplent les mers. Et parmi les poissons se sont glissés des déchets », poursuit l’entrepreneuse. Chaque jeu comporte un petit livre qui explique, par exemple, les enjeux de la protection des mers ou de l’Amazonie.

« Nous nous sommes demandé comment parler de ces thèmes aux enfants sans être forcément triste. L’autre but, c’est aussi de sensibiliser les parents », ajoute Morgane de Villers. Dans sa démarche éco-responsable, Sloli est volontairement radicale. « Pas question d’être distribué par de grandes plateformes en ligne ou par des enseignes qui ne partagent pas nos valeurs », insiste la co-fondatrice. Et malgré un nombre de points de vente restreint, les deux associés sont plutôt contents du démarrage.