Nord : Des voleurs de fret interpellés après leur passage en Belgique

FAITS DIVERS Se doutant que les voleurs allaient tenter d’entrer en Belgique, les policiers français ont avisé leurs homologues de Mouscron, qui ont attendu les fuyards à la frontière

Mikaël Libert

— 

La saisie réalisée par les policiers belges.
La saisie réalisée par les policiers belges. — Police de Mouscron

A l’abri nulle part. Jeudi matin, quatre personnes suspectées de vol de fret ont été interpellées de part et d’autre de la frontière franco-belge a-t-on appris de source policière. Pour deux d’entre elles, avoir réussi à atteindre la Belgique ne leur a pas épargné l’arrestation.

Vers 3h30 du matin, jeudi, un riverain du boulevard de la Liberté, à Wattrelos, prévient la police que plusieurs personnes suspectes s’intéressent à la remorque d’un poids lourd stationné sur le boulevard. Des équipages de police sont envoyés immédiatement pour voir de quoi il retourne. D’ailleurs, quand les patrouilles arrivent sur place, les voleurs, au nombre de quatre, sont encore présents.

Les quatre voleurs présumés ont été interpellés

A la vue des policiers, les suspects prennent la fuite deux par deux dans deux véhicules différents. Le premier est intercepté rapidement, boulevard de L’Egalité, et ses deux occupants sont interpellés. L’autre voiture fonce en direction de la frontière belge poursuivie par les policiers.

Se doutant que les voleurs allaient tenter d’entrer en Belgique, les fonctionnaires français avisent leurs homologues de Mouscron. Et quand les fuyards passent effectivement la frontière, ils sont attendus. Une brève course-poursuite s’engage entre les suspects et la police belge au cours de laquelle le véhicule administratif est percuté à deux reprises. Pour autant, les voleurs sont tout de même interceptés et placés en garde à vue au commissariat de Mouscron.

Lors de la fouille du véhicule, les policiers belges découvrent une trentaine de cartons de vêtements, dérobés dans le camion. Selon nos informations, les quatre suspects étaient déjà tous connus des services de police. Dans le cadre des accords de coopération judiciaire, les voleurs devraient être jugés en France.