Illustration d'une étiquette anti-Linky.
Illustration d'une étiquette anti-Linky. — Allili Mourad / SIPA

ENERGIE

VIDEO. Pas-de-Calais: La fiabilité des compteurs Linky en question après une décision de justice

La récente condamnation du distributeur d'électricité Enedis et du fournisseur EDF pour surfacturation renforce la méfiance envers les compteurs Linky

  • Vendredi, le tribunal d’instance d’Arras condamnait Enedis et EDF à rembourser une octogénaire, victime de surfacturation après la pose d’un compteur Linky.
  • Une première dans la région et une victoire pour les associations anti-Linky qui fleurissent un peu partout.
  • « Ça ne remet pas en cause les compteurs Linky qui sont plus fiables et plus rigoureux que la précédente génération », assure Enedis.

Les compteurs Linky sont-ils infaillibles ? Une décision de justice du tribunal d’Arras, dans le Pas-de-Calais, remet en cause le discours d’Enedis, distributeur national d’électricité qui a décidé, depuis 2016, de procéder aux remplacements à marche forcée de tous les compteurs électriques.

Vendredi, le tribunal d’instance d’Arras condamnait Enedis et EDF à rembourser une octogénaire, victime de surfacturation après la pose d’un compteur Linky. Une première dans la région et une victoire pour les associations anti-Linky qui fleurissent un peu partout.

Une consommation qui passe de 6 à 275 kWh par mois

Car derrière cette condamnation, c’est la question de la fiabilité du compteur nouvelle génération qui est en cause. D’après le jugement que 20 Minutes s’est procuré, l’historique des factures montre qu’avec l’ancien compteur, la consommation moyenne de cette octogénaire était de 6 kWh par mois, entre juin 2014 et février 2017.

D’après le compteur Linky, elle est passée à 275 kWh par mois entre février 2017 et avril 2018, date à laquelle un technicien d’Enedis est venu vérifier l’installation sans trouver d’anomalie. Or, après ce passage, la consommation est redescendue à 36 kWh mensuels entre avril 2018 et août 2019.

Interrogé sur ce sujet, Enedis n’en démord pas. « Ça ne remet pas en cause les compteurs Linky qui sont plus fiables et plus rigoureux que la précédente génération », assure le distributeur national qui renvoie au site du médiateur national de l'énergie pour connaître la consommation moyenne des foyers (1.300 kWh par an, pour la plus basse).

Obsolescence programmée?

Des problèmes peuvent-ils se poser à cause d’une mauvaise pose ou d’un mauvais paramétrage ? « Tous les compteurs sont paramétrés en usine et leur pose ne peut pas faire augmenter de manière exponentielle la consommation », réaffirme Enedis qui étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation contre cette décision judiciaire.

Responsable local du collectif anti-Linky Accad, Pierre Rose n’est pas de cet avis. « Nous allons lancer une étude sur la fragilité de ces appareils avec des spécialistes de l’électronique et de l’électricité. Nous sommes persuadés, par ailleurs, que l’obsolescence est programmée. Les anciens compteurs électromécaniques pouvaient durer plus de 50 ans, ceux-là ne dépasseront pas dix », pronostique-t-il auprès 20 Minutes.

Installation sans accord

Par ailleurs, le collectif d’Arras et de Douai s’apprête à engager d’autres poursuites contre EDF ou Enedis dans les jours à venir. En fin de semaine, une plainte doit être déposée par une personne de Flines-les-Raches. Elle aussi a vu sa facture flamber pendant un mois et a été sujette à une coupure d’électricité en pleine trêve hivernale.

Mais la surfacturation n’est pas le seul grief reproché. A Lauwin-Planque, c’est une affaire d’installation sans l’accord du propriétaire, en juin 2018, qui risque de se retrouver devant les tribunaux. « Les installateurs sont entrés dans la propriété par effraction pour remplacer le compteur, indique Pierre Rose. Une première plainte avait été déposée au commissariat, mais le procureur l’a classée sans suite. Nous avons réattaqué. »