Un sac à dos « made in Valenciennes » pour protéger les motards en cas de chute

INNOVATION Une start-up nordiste a développé un produit pour la sécurité des usagers de deux-roues

Mikaël Libert

— 

Le sac à dos protecteur Erode.
Le sac à dos protecteur Erode. — Erode

Précieuse colonne vertébrale. C’est inéluctable, chaque utilisateur d’un deux-roues se retrouvera un jour ou l’autre par terre. Le tout étant de faire en sorte que, ce jour-là, on soit le mieux protégé possible. Outre les équipements obligatoires, comme le casque et les gants, le reste du corps est souvent un peu négligé. Et c’est un motard qui vous le dit. Parce que la colonne vertébrale mérite autant, voire davantage, d’être protégée que la tête, une start-up valenciennoise a développé une protection dorsale sous forme de sac à dos.

Les adeptes du moto-cross ou les pilotes sur circuit portent des combinaisons qui incluent des protections dorsales. Pour le motard de tous les jours, c’est une autre histoire. « Il existe des blousons de moto avec des renforts dans le dos mais c’est davantage de l’ordre du psychologique », assure Julien Guery, motard depuis une dizaine d’années et fondateur de la start-up Erode. Il faut reconnaître aussi que ces blousons renforcés vous donnent une allure de footballeur américain par franchement stylée.

Certification à la norme des protections dorsales

L’entrepreneur a aussi constaté que la plupart des usagers de deux-roues se trimbalaient avec un sac à dos. Il a donc eu l’idée de faire d’une pierre deux coups : « Le sac Erode allie la sécurité d’une protection dorsale et la praticité d’un sac à dos », explique-t-il. Cette protection est assurée grâce aux propriétés mécaniques et à l’assemblage de différents matériaux : « Il y a une coque protectrice qui joue le rôle du contenant. Cette coque sert de bouclier contre les obstacles que l’on peut rencontrer pendant la chute, et elle sert aussi à protéger le dos du contenu même du sac », détaille Julien Guery. Ainsi, le sac absorbe l’énergie du choc et la répartit autour de la colonne vertébrale. Une efficacité prouvée puisque Erode a obtenu le plus haut niveau de la certification EN 1621-2.

Pour se payer un Erode, il faudra tout de même débourser 400 euros. Un montant important, certes, mais pas davantage que les autres équipements pour les motards. « La mise au point de ce produit a demandé trois années de recherche et développement. Et il est par ailleurs entièrement fabriqué en France, exception faite de la partie textile que notre fournisseur importe de Chine », explique l’entrepreneur. D’ailleurs à quel prix estimez-vous la protection de votre colonne vertébrale ?