20 Minutes : Actualités et infos en direct
VIS MA VIE DE...Un jeu de rôle pour endosser vraiment l’habit du gendarme dans le Nord

Nord : Un jeu de rôle pour endosser vraiment l’habit du gendarme

VIS MA VIE DE...
Grâce à une initiative de la gendarmerie d’Arleux, des enfants de 8 à 12 ans vont pouvoir de glisser dans la peau d’un gendarme
Illustration d'une prise d'empreinte digitale à la gendarmerie.
Illustration d'une prise d'empreinte digitale à la gendarmerie. - Gendarmerie d'Arleux
Gilles Durand

Gilles Durand

L'essentiel

  • La gendarmerie d’Arleux, près de Douai, dans le Nord, organise, dimanche, un Gend-Game, un jeu de rôle pour faire découvrir le métier de gendarme.
  • Plus de 150 enfants de 8 à 12 ans vont participer à cette initiative unique dans le département.
  • L’objectif est de montrer une autre image de la gendarmerie aux plus jeunes.

Jouer aux gendarmes et aux voleurs ne sera plus réservé aux cours de récréation. La gendarmerie d’Arleux, près de Douai, dans le Nord, a mis en place, dimanche, une initiative locale et originale pour faire découvrir le métier.

Au lieu des traditionnels ateliers où les spectateurs se contentent de regarder, les gendarmes ont décidé de faire participer activement les enfants de 8 à 12 ans à travers une sorte d’escape game baptisée « Gend-Game ».

Encadré par une vingtaine de gendarmes

Différents jeux de rôles seront proposés : effectuer un contrôle routier, s’entraîner au tir (avec un pistolet à billes, bien sûr), participer aux constatations sur une scène de crime, effectuer des recherches d’empreinte sur des objets et réaliser une arrestation. Un mélange d’action et de réflexion.

« Tout cela sera, bien entendu, encadré par une vingtaine de gendarmes et des civils qui joueront les cobayes. Nous en profiterons pour faire passer notamment un message : ne pas toucher aux vraies armes à feu », souligne Nicolas Sartigny, adjudant à Arleux et coordonnateur de cette journée particulière.

Illustration d'un entraînement de tir à la gendarmerie.
Illustration d'un entraînement de tir à la gendarmerie. - Gendarmerie d'Arleux

Car c’est la première fois dans la zone départementale de gendarmerie qu’un tel dispositif de sensibilisation voit le jour. Et ça marche. Les inscriptions sont closes (152 enfants) depuis plus d’une semaine et la liste d’attente s’allonge de jour en jour.

« Si tu n’es pas sage, je vais te donner aux gendarmes »

Alors gendarme un jour, gendarme toujours ? « On espérait cet engouement, assure Nicolas Sartigny. Mais l’idée n’est pas vraiment de créer des vocations. A cet âge-là, on veut souvent être pompier. Il faut surtout changer le rapport des enfants par rapport aux gendarmes. Nous souhaitons développer notre capital sympathie. »

Il est vrai que l’image qui revient le plus souvent est celle de la contravention donnée au conducteur imprudent. Et d’évoquer les séries télé où rarement le héros est un gendarme. « Nous sommes souvent confrontés à un réflexe de peur de la part des plus jeunes. On entend encore des parents dire, "Si tu n’es pas sage, je vais te donner aux gendarmes" », plaisante, à peine, Nicolas Sartigny.

L’initiative est-elle vouée à se multiplier ? « Tout dépend de la réussite de cette première édition, avoue le gendarme. C’est une organisation très lourde. Il faut, par exemple, reconstituer une scène de crime. Dimanche, il faudra gérer les différentes équipes car il y a un classement à la fin. » Que les derniers se rassurent, pas de garde à vue au programme.

Sujets liés