Roubaix : La grève des facteurs s'achève après quinze jours de mouvement

TRAVAIL Le mouvement social s'était organisé à l'annonce de modifications dans l'organisation de la Plateforme Courrier de Roubaix

Christophe Kuchly

— 

À Roubaix, les courriers sont distribués au compte-gouttes (illustration)
À Roubaix, les courriers sont distribués au compte-gouttes (illustration) — GILE MICHEL/SIPA
  • Une réforme de la distribution du courrier est prévue pour février 2020.
  • Certains facteurs, dont les conditions de travail et les horaires vont changer, ne le voient pas d’un bon œil.
  • Une nouvelle rencontre est prévue mardi entre la direction et les syndicats.

Mise à jour le mercredi 9 octobre : La Poste a annoncé la signature d'un protocole de fin de conflit signé par SUD PTT, CGT, CFDT et FO. Les tournées sont à nouveau effectuées dans leur ensemble, avec un retour de la distribution à la normale dans les prochains jours.

Pour les syndicats, il y aurait plus de 4.000 recommandés en attente. Pour La Poste, cette estimation est surévaluée. Quel que soit le chiffre exact, il y a tout de même un problème : le courrier n’est plus correctement distribué à Roubaix depuis deux semaines. La raison ? Une réforme prévue pour février 2020, qui sépare le tri du courrier – fait en amont par des professionnels dédiés – de sa distribution. Et changera les conditions de travail et  horaires des facteurs, dont la prise de poste sera retardée, et qui travailleront donc sur le rythme 8h-15h30.

« Une douzaine de situations individuelles à régler​ »

« Il n’y a aucun intérêt à faire ces " tournées sacoche ", on ne comprend pas vraiment cette réorganisation, regrette Kévin Plouvier, secrétaire départemental de SUD PTT. Il y a eu des concessions de faites, mais on serait pour l’instant à 8 tournées classiques et 11 " sacoches ". Là-dessus, ça coince. » Ils étaient encore 34 à être en grève ce lundi. Un mouvement « qui s’intensifie » selon Kévin Plouvier.

Du côté de La Poste, qui explique la réforme par la volonté de rapprocher les facteurs des clients pour développer les services de proximité, nécessaire après une baisse de la moitié du fonds de commerce en dix ans, on continue à dialoguer. « Les revendications, je les entends, sinon je n’aurais pas reçu les organisations professionnelles une quinzaine de fois en entretien depuis deux semaines, souligne Jean-Michel Cambray, directeur opérationnel en charge du département du Nord. Aujourd’hui, il reste une douzaine de situations individuelles à régler. »

Certains facteurs n’ont pas la possibilité de travailler l’après-midi, et pourraient donc être placés sur un autre site. D’autres ne sont pas contre l’idée, mais demandent une compensation avec l’octroi plus régulier de jours de repos le samedi. La Poste propose également une alternance entre les semaines avec des horaires classiques et celles nouvelle version. Syndicats et direction ont fait des concessions et reconnaissent la volonté de dialogue de l’autre partie. « Mais s’il faut faire une semaine de grève en plus, on la fera », assume Kévin Plouvier.

Des signaux positifs

Pour les Roubaisiens, la situation est en tout cas embêtante. Car si moins d’un cinquième du personnel total est en grève, le mouvement social impacte tous les particuliers. Aux quelques intérimaires et CDD qui travaillent encore, se sont rajoutés des cadres et des membres de la direction, qui assurent une partie du service. « J’ai mis une distribution alternative en place, notamment pour le courrier prioritaire, explique Jean-Michel Cambray. On s’organise pour passer deux fois par semaine dans les rues touchées. »

Une nouvelle rencontre aura lieu ce mardi. Pour la direction, le dénouement est proche. Mais les syndicats, qui trouvent que les avancées prennent beaucoup de temps, sont un peu plus mesurés. Les courriers qui attendent au chaud vont-ils enfin arriver à destination ?