Arras ouvre une maison pour les conjoints violents

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

Quasiment un tous les deux jours. Chaque année, le parquet d'Arras « éloigne » plus de 150 hommes violents de leurs femmes et de leurs familles. Une maison doit ouvrir ses portes dans les prochains jours pour les accueillir et commencer à les soigner. Une première dans la région Nord-Pas-de-Calais.

« On a toujours pensé qu'il fallait une structure dédiée aux hommes, explique Jean-Yves Jalain, directeur de l'Accueil et réinsertion sociale (ARS) de Lille. Mais jusqu'ici, c'est souvent la femme qui quittait le domicile conjugal quand elle portait plainte. »

« Ce sont des délinquants spécifiques, confirme Jean-Pierre Valensi, procureur de la République d'Arras. On ne voulait pas les mélanger avec les autres. » Il fallait donc leur trouver un toit. En plein coeur d'Arras, une vieille bâtisse servira donc de lieu de réflexion. Pendant trois semaines, ils décrypteront leur comportement avec un psy, un médecin légiste, un magistrat... Ceux qui travaillent pourront continuer à exercer leur métier la journée. Le soir, ils rentreront à la maison pour une « réunion de responsabilisation » et une nuit de repos. « A chaque admission, on préviendra la victime, poursuit Jean-Yves Jalain. Et surtout, on la protégera si son conjoint quitte le navire en cours de route. »

Une route qui doit durer trois semaines. Ensuite, les patients ne seront pas relâchés dans la nature pour autant. Un suivi sociojudiciaire est prévu pour les 150 « invités » que la maison s'apprête à accueillir chaque année.