Le marché va se secouer les puces

Camille Robert - ©2008 20 minutes

— 

Les étals qui débordent et les allées trop étroites ne seront bientôt plus qu'un mauvais souvenir pour les 40 000 flâneurs du dimanche. Chargé de réorganiser le marché de Wazemmes*, Jacques Mutez, élu (PRG) à la mairie, présentera, jeudi, ses idées pour faire place nette. « Deux points seront non négociables : la propreté et le respect du marquage au sol. »

Finie la loi de la jungle, les pollueurs seront sanctionnés (lire l'encadré). Et les stands ne pourront plus dépasser 15 m. Cédric, vendeur de chaussures, en a déjà fait les frais. « Le service du marché m'a retiré 4 m », déplore-t-il. Mais c'est pour la bonne cause, selon Sadj Adjani, adepte des lieux depuis 1974 : « Les clients n'arrivent plus à circuler. Si quelqu'un fait un malaise, les pompiers ne peuvent même pas rentrer. »

Aérer le marché, d'accord. Mais à quel prix ? Jacques Mutez souhaite « libérer l'allée centrale ». Medhi y vend des parfums depuis sept ans. Pour lui, « changer d'emplacement, c'est repartir à zéro ». Il ne serait pas le seul. L'élu propose, en effet, de regrouper les stands par catégorie. « Ça va perturber les habitudes des clients », redoute Abdo, sur la place depuis vingt ans. Malgré quelques tensions, la majorité des 450 commerçants ambulants attendent avec impatience la « fin de l'anarchie ». Ça tombe bien, Jacques Mutez s'est donné deux ans pour faire de Wazemmes « le plus beau marché d'Europe ».