Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : Un nuage de fumée « odorant mais sans toxicité aiguë » traverse les Hauts-de-France

ENVIRONNEMENT Les vents ont poussé vers les Hauts-de-France les fumées de l’incendie de l’usine Seveso à Rouen

Mikaël Libert

— 

L'incendie dans l'usine à Rouen, jeudi.
L'incendie dans l'usine à Rouen, jeudi. — BEAUFILS/SIPA

Edit : Notre titre « Un nuage de fumée un peu toxique mais pas trop traverse les Hauts-de-France » résumait un peu abruptement la position de la préfecture « Un nuage de fumée "odorant mais sans toxicité aiguë" ». Nous l'avons donc corrigé ce vendredi 27 septembre 2019.

Les réactions suscitées montrent qu'il n'était pas adapté. Merci de nous lire et de vos remarques. Bonne journée.

Ce jeudi matin, vers 2h40, un incendie s'est déclaré au sein de l'entreprise Lubrizol, à Rouen, en Seine-Maritime. L’épais nuage de fumée qui se dégageait de cette entreprise classée «  Seveso seuil haut » a été poussé par les vents en direction des Hauts-de-France. Néanmoins, pour les services de l’Etat en région, il n’y a pas lieu de s’alarmer.

A Rouen, depuis le début du sinistre, ce sont les habitants d’une douzaine de communes voisines de l’usine qui ont été invités à rester confinés chez eux. Même tarif pour les écoles, crèches ou encore les maisons de retraite. Le nuage de fumée généré par l’incendie « porte en soi un certain nombre de produits qui peuvent être dangereux pour la santé », a expliqué le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Et pour cause, Lubrizol fabrique des additifs pour les huiles, les carburants ou les peintures industriels.

Les effets du nuage « sans toxicité aiguë »

Selon un communiqué de la préfecture du Nord, « les vents et les pluies importants de ce jour provoquent une dispersion de ces nuages ». Dans ce communiqué, co-signé par l’Agence régionale de santé (ARS), il est ajouté que « les analyses réalisées […] montrent que les effets de ce nuage peuvent se révéler irritants et odorants mais sans toxicité aiguë ».

Partant du postulat que, aiguë ou pas, une chose toxique restait toxique, 20 Minutes a contacté l’ARS pour en avoir le cœur net. En vain. Mais il y a peut-être un indice dans les recommandations de la préfecture. A la fin de son communiqué, le représentant de l’Etat dans la région demande en effet de porter une « vigilance particulière » aux « populations vulnérables » (enfants, personnes âgées, malades). Il est aussi recommandé un « lavage des fruits et légumes produits localement ».