Armentières : Le propriétaire de la panthère noire échappée court toujours

FAUVE L’animal était détenu dans un appartement par un particulier actuellement en fuite

M.L. avec AFP

— 

La panthère noire capturée à Armentières.
La panthère noire capturée à Armentières. — SDIS du Nord

Le propriétaire de la panthère noire capturée, mercredi, sur le toit d’un immeuble d’Armentières, est « toujours recherché » par les autorités, a-t-on appris, jeudi, auprès de la police. Il s’agit d’un « particulier » qui gardait le fauve chez lui et avait laissé une fenêtre ouverte.

« Une enquête est en cours, pour entendre le propriétaire qui hébergeait l’animal » dans des conditions « qui restent à déterminer ». Mais, « au moment de l’intervention des secours, le logement était vide et aucun suspect n’a encore été interpellé à ce stade », a expliqué un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord.

Le propriétaire en fuite

Les policiers ont « recueilli des témoignages divergents », indiquant pour certains « que le propriétaire était parti en vacances », pour d’autres qu’il avait quitté son logement « peu de temps » avant l’arrivée des pompiers, a détaillé ce porte-parole.

Sur le plan pénal, le propriétaire sera poursuivi « a minima pour mise en danger d’autrui […] par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». Un délit passible d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende.

« En collaboration avec la police », l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a également ouvert une enquête « pour déterminer le cadre légal de détention de l’animal », notamment « son origine » ou « la manière dont il est arrivé à Armentières », a indiqué Stéphane Souriau, chef de la brigade Nord de l’ONCFS. Ce dernier a ajouté que la détention sans autorisation d’espèces sauvages, notamment dangereuses ou protégées, « est passible de trois ans d’emprisonnement et de 150.000 euros d’amende ».

La panthère, capturée en douceur après avoir été anesthésiée par un vétérinaire du SDIS, avait été confiée à la LPA, mercredi soir. Agé de « cinq à six mois », l’animal « se porte bien », selon l’association. Le fauve a été transféré, jeudi, au parc zoologique de Maubeuge. Une nouvelle étape avant son accueil définitif dans un sanctuaire dont la localisation n’a pas été précisée.