Lille : Mais qui est cette Romy qui squatte le parvis de la gare ?

ART Un buste de femme a été installé à la place de l’ancienne fontaine

Mikael Libert

— 

«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan.
«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan. — M.Libert / 20 Minutes

« Bienvenue à Lille ». Si elle pouvait parler, c’est sans doute ce que dirait « Romy » aux voyageurs sortant de la gare de Lille Flandres, devant laquelle elle a pris place, vendredi. Car désormais, ce n’est plus une fontaine qui orne le parvis nouvellement rénové, mais une statue l’artiste lyonnais Xavier Veilhan.

Polystyrène, fibre de verre et résine

C’est une commande qui avait été passée au sculpteur par la mairie pour habiller l’immense espace minéral en façade de Lille-Flandres. A la verdure réclamée par certaines voix, la maire de Lille, Martine Aubry, a préféré une statue orange de trois mètres de haut, en polystyrène, fibre de verre et résine.

«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan.
«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan. - M.Libert / 20 Minutes

La municipalité avait gardé le secret jusqu’à l’inauguration, ce samedi. Le teasing qui avait précédé le dévoilement de l’œuvre, « Rendez-vous avec Romy », avait laissé libre cours à toutes les hypothèses. Ce qui en ressortait souvent était une simple question : « Quel est le rapport entre Lille et Romy Schneider ? ».

Aucun rapport avec l’actrice du même nom

Aucun en fait, parce que le buste ne figure pas l’actrice. Xavier Veilhan s’en est expliqué lui-même lors de l’inauguration, assurant que son modèle avait été une jeune fille qui travaillait avec lui dans son atelier.

«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan.
«Romy», l'œuvre de l’artiste lyonnais Xavier Veilhan. - M.Libert / 20 Minutes

Bon, alors quel était son projet ? Fort d’une carte blanche, l’artiste avait d’abord pensé à une statue animalière avant d’opter pour un buste de femme. Pour Martine Aubry, « Romy » est un clin d’œil venant compenser le « manque de femmes dans l’espace public ». Xavier Veilhan, lui, y voit plutôt un « lieu de rendez-vous », espérant que les Lillois s’attacheront à sa « Joconde contemporaine ».