Nord: Comment rendre ludique le traitement du diabète

SANTE Une société nordiste a développé un jeu de société pour les enfants souffrant de diabète

Mikael Libert

— 

Le jeu «La magie du dôme» développé par la société Nordiste Did Act.
Le jeu «La magie du dôme» développé par la société Nordiste Did Act. — Did Act
  • Une société nordiste édite des jeux pour les personnes atteintes de maladies chroniques.
  • Elle vient de développer un jeu de rôles pour les enfants diabétiques.
  • Il s’agit pour l’enfant d’acquérir les compétences utiles à la gestion de sa maladie.

Le diabète, c’est moins désespérant en jouant. Michel aurait pu inclure à sa célèbre chanson cette phrase s’il avait connu « La magie du dôme ». Il s’agit d’une sorte de jeu de société pour enfants diabétiques, édité par DID ACT, une entreprise basée à Anzin, dans le Nord.

C’est Aline Chemineau qui est la fondatrice de Did Act, une société spécialisée dans le développement de jeux autour du diabète. Maman d’une petite fille diabétique, Aline en connaît désormais un rayon sur cette maladie : « C’est quelque chose de difficile à appréhender pour les enfants, surtout lorsqu’ils sont diagnostiqués très jeunes. Il y a beaucoup d’aspects à connaître et une discipline à mettre en place pour le traitement », explique-t-elle.

Des compétences psychosociales à développer

Les parents le savent, il n’est pas toujours facile de faire entrer quelque chose dans la tête d’un enfant, surtout lorsque c’est assez rébarbatif. « Il faut acquérir des compétences techniques pour la prise du traitement, même si la technologie rend les choses plus simples aujourd’hui. Mais il y a aussi des compétences psychosociales à développer pour préparer l’enfant à vivre sa maladie », poursuit Aline Chemineau. Afin que la pilule passe mieux pour les enfants, tous ces aspects seront abordés en jouant.

« La magie du dôme », qui sort en octobre, est donc un jeu de rôles. « Nous avons choisi un univers steam punk onirique qui parle au jeune public. Il y a cinq personnages avec chacun un caractère fort auxquels les enfants vont devoir inventer des péripéties autour d’aspects de la maladie », détaille Aline Chemineau. Et si le jeu est avant tout destiné à être utilisé lors de séances du protocole de soins, il peut aussi sortir de l’hôpital, insiste la jeune femme : « Y jouer en famille permet à l’entourage de mieux connaître la maladie et de décharger le diabétique de la charge mentale qu’impose le traitement ».