Boulogne-sur-Mer: Le maire dénonce un tweet de Partouche l'accusant d'antisémitisme

CASINO Le groupe Partouche avait perdu l'appel d'offres pour la nouvelle délégation de service public de gestion du casino

20 Minutes avec AFP

— 

Le casino de Boulogne-sur-Mer.
Le casino de Boulogne-sur-Mer. — Google maps

Lundi, le maire socialiste de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier, a dénoncé un tweet du dirigeant de  casinos Patrick Partouche l’accusant, selon lui, d’avoir tenu des propos à caractère antisémite​. L’élu a exprimé « sa ferme intention de porter plainte ».

Alors que la municipalité de Boulogne a décidé, en février, de mettre fin à son partenariat avec le groupe Partouche pour la gestion du casino de la ville, Frédéric Cuvillier a évoqué cette décision le 14 juin, en marge d’une inauguration, en déclarant que « le monstre Partouche » avait été « terrassé ».

« Mes doigts et mon nez crochu sans doute ? »

Samedi, Patrick Partouche a vivement réagi sur les réseaux sociaux, sous-entendant sur Twitter que le maire l’attaquait sur ses origines juives. « Spolié en 1940, respolié en 1962, et re-re-spolié en 2019 ! ? Le ''monstre Partouche''… mes doigts et mon nez crochu sans doute ? », a posté l’homme d’affaires.

Contacté lundi, le maire de Boulogne-sur-Mer a dénoncé une « mauvaise interprétation » de ses propres propos. « Touché » par des messages qu’il dit avoir reçus depuis ce tweet, l’ancien ministre a annoncé qu’il allait « rencontrer son avocat » rapidement, avec la « ferme intention de déposer plainte », sans préciser le chef d’accusation exact.

En février, le conseil municipal de Boulogne-sur-Mer avait décidé d’attribuer la concession du casino de la ville au groupe belge Golden Palace. Le groupe Partouche avait alors déposé un recours au tribunal administratif de Lille, dénonçant une rupture de bail avant échéance et réclamant une indemnisation de 12 millions d’euros à la ville.