Lille: Comment un cidre nordiste se fait sa place au pays de la bière

GASTRONOMIE Créé il y a trois ans par deux amis, Mauret est un cidre à la pression qui est en train de se faire sa place dans les Hauts-de-France

Francois Launay

— 

Le cidre Mauret existe depuis trois ans
Le cidre Mauret existe depuis trois ans — F.Launay/20 Minutes
  • Deux Nordistes ont lancé un cidre à la pression il y a trois ans.
  • Inspiré du cider anglo-saxon, Mauret est en train de conquérir progressivement les bars des Hauts-de-France.
  • L’idée est de devenir une vraie alternative à la bière dans les bars.

Dans le Nord, la bière n’est plus la seule boisson qu’on peut boire à la pression. Depuis trois ans, Romain Sauret et Maxime Wolff se sont mis en tête de convertir les Hauts-de-France au « cider » Mauret. Ce cidre à la pression, très prisé des Anglo-Saxons, est quasi inexistant dans l’Hexagone.

« J’ai eu l’idée lors d’un voyage en Australie. Là-bas, ils consomment tous du cidre à la pression dans les bars. Ça m’a plu tout de suite car à la base, je n’aime pas trop la bière. Du coup dans les bars, le seul truc que je buvais, c’était du vin ou de la bière aromatisée. Mais je ne me faisais jamais vraiment plaisir. Alors, quand j’ai découvert le cidre à la pression, ça a fait tilt. Je me suis qu’il y avait peut-être un coup à jouer quand je suis rentré en France », raconte Romain Sauret.

Rien à voir avec le cidre traditionnel

Avec un grand-père producteur de pommes à cidre, le trentenaire n’a pas eu de mal à trouver des contacts pour lancer son idée avec son pote Maxime. A force de tests, les deux amis finissent par trouver la bonne recette de leur cider qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le cidre qu’on consomme en bolée dans les crêperies.

« Quand on dit cidre aux gens, ils peuvent faire la grimace. Alors on leur répond que c’est du cider ». Ça veut dire que c’est pétillant, entre 5 et 7 degrés, 100 % naturel et produit dans les Hauts-de-France (dans l’Oise) », explique Maxime Wolff.

Romain Sauret et Maxime Wolff ont lancé Mauret
Romain Sauret et Maxime Wolff ont lancé Mauret - F.Launay/20 Minutes

L’Euro 2016 comme tremplin

Très vite, leur recette composée de pommes, mais aussi d’un peu de poire, fait un carton. Le décollage intervient à l’Euro 2016 quand les supporters anglais, gallois et irlandais envahissent les rues de Lille et Lens pour assister à des matchs de leur équipe.

« On débarquait dans les gares avec des pancartes French Cider pour inciter les fans à aller dans les quelques bars qui avaient accepté d’en mettre à la pression. Du coup, ça a cartonné dans ces établissements. Et le bouche-à-oreille a fait le reste », sourit Romain.

Mauret s’attaque à Paris

De trois bars en 2016, le Mauret est passé à une soixantaine d’établissements en trois ans. En pression ou à la bouteille, le cider est en train de conquérir les Hauts-de-France et s’attaque depuis quelques semaines à Paris où huit bars viennent de le mettre à la carte.

Une montée en puissance qui se traduit également par une installation dans un entrepôt à Cappelle-en-Pévèle pour pouvoir stocker les nombreux fûts et vendre directement aux particuliers. Mauret, qui a atteint 130.000 euros de chiffre d’affaires en 2018, espère doubler ses comptes cette année. Avec l’objectif à terme de devenir au comptoir une alternative incontournable à la bière.