VIDEO. Nord: Maintenance de haute voltige sur ligne à haute tension

ENERGIE Des techniciens de RTE changent les bras sur un pylône électrique

Mikael Libert

— 

Les «lignards» de RTE, perchés à 50m du sol.
Les «lignards» de RTE, perchés à 50m du sol. — M.Libert / 20 Minutes
  • RTE effectue une opération de maintenance sur un pylône électrique de 1975.
  • Les bras métalliques et leurs accessoires sont changés.
  • Le transporteur d’électricité assure qu’il s’agit d’une opération préventive.

Les équilibristes de l’électricité. Depuis lundi, une équipe de Réseau transport d’électricité (RTE) effectue une opération de maintenance peu banale à Wasquehal, près de Lille, dans le Nord. Il s’agit de remplacer les bras métalliques sur un pylône d’une ligne à haute tension.

« C’est une opération de maintenance courante comme nous en effectuons plusieurs fois dans l’année », explique Anne-Marie Reynard, directrice adjointe de RTE pour les Hauts-de-France. Le transporteur d’électricité préfère anticiper autant que possible les éventuels problèmes plutôt que de réparer après coup.

Une équipe de « lignards » venue de Valenciennes

Le pylône en question est situé en plein secteur urbain. « Celui-ci a été ciblé après des visites de contrôle. Il date de 1975 et ses bras métalliques doivent être remplacés », poursuit la directrice. Les bras, ce son les triangles qui supportent les câbles. S’ils ne sont pas en mauvais état, ils présentent tout de même quelques points de rouille.

Pour ce boulot délicat, RTE n’envoie pas n’importe qui. Une équipe de cinq techniciens, appelés des « lignards », est arrivée directement de Valenciennes. Trois sont en bas, pour s’occuper de hisser le matériel de remplacement. Les deux autres sont sur le pylône, perchés à environ 50 m de hauteur. « Ces lignards sont recrutés au niveau BAC ou BAC + 2. Il n’y a pas d’école pour faire ce métier, tous sont formés en interne », assure Anne-Marie Reynard. Et le premier test avant l’embauche, c’est de faire grimper les candidats en haut d’un pylône, histoire de vérifier s’ils ne sont pas sujets au vertige.

Mais il ne suffit pas de supporter la hauteur, il faut aussi avoir des bras. « Les isolateurs qu’ils sont en train de monter pèsent près de 200 kg chacun », précise la directrice adjointe. Et il y en a deux par bras à changer. Pour le bras en lui-même, c’est à l’aide d’une grue qu’il sera hissé. La durée totale de l’opération est de cinq jours, sans aucune coupure de courant pour les clients.