Nord: Un pêcheur à l’aimant contaminé au gaz moutarde

FAITS DIVERS La victime a remonté d’un cours d’eau un obus qui a libéré du gaz au contact de l’air

Mikael Libert

— 

Des sapeurs pompiers du Nord (illustration).
Des sapeurs pompiers du Nord (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Mauvaise pêche. Lundi soir, les pompiers sont intervenus au domicile d’un homme susceptible d’avoir été contaminé pas un produit toxique à Ferrière-la-Grande, près de Maubeuge, dans le Nord. Il est apparu que la substance en question était un gaz militaire de la Première guerre mondiale.

Le début de l’histoire remonte à dimanche. Un habitant de Ferrière-la-Grande était parti pratiquer la pêche à l’aimant dans un plan d’eau près de chez lui. Ce système permet de remonter des objets en métal, sans toutefois savoir de quoi il s’agit avant de les sortir de l’eau. Cette fois, c’est un obus que le pêcheur de 29 ans a remonté à la surface. Sauf que l’arme, au contact de l’air, a libéré un gaz qui a notamment atteint le trentenaire au visage. Dans la panique, l’homme a laissé retomber l’obus au fond de l’eau.

Il souffre de brûlures et perd la vue

Au lieu de contacter les secours, le pêcheur est rentré chez lui malgré des brûlures chimiques au bras et au visage. Mais dans la soirée, il a perdu soudainement la vue. Il s’est réfugié chez des voisins qui, eux, ont tout de suite appelé les pompiers. Vu la gravité de ses blessures, le trentenaire a été transféré au centre hospitalier de Lille et pris en charge au service ophtalmologique. Son pronostic vital n’est toutefois pas engagé.

Selon les premières constatations, l’obus contenait du gaz ypérite, aussi appelé gaz moutarde. Il s’agit d’une arme chimique développée et largement utilisée au cours de la Première guerre mondiale. Ce gaz occasionne de graves brûlures chimiques sur la peau, les muqueuses et les yeux. Il a la particularité de passer au travers des vêtements. Des démineurs ont été envoyés ce mardi matin pour récupérer l’obus.