VIDEO. Lille: Ces projets de transports en commun qui n'avancent pas

TRANSPORTS Des études à n’en plus finir bloquent deux projets structurants qui pourraient améliorer la qualité des transports en commun de la métropole de Lille

Gilles Durand

— 

La gare routière de Pont-de-Bois, à Villeneuve d'Ascq, désespérément vide.
La gare routière de Pont-de-Bois, à Villeneuve d'Ascq, désespérément vide. — G. Durand / 20 Minutes
  • Prévue de longue date, la fermeture de la ligne TER Comines-Lille sera effectuive en fin d'année, sans solution de remplacement.
  • Depuis 2015, le projet de plate-forme de correspondances de Pont-de-Bois, à Villeneuve d'Ascq, n'a toujours pas été défini.
  • En revanche, les projets de construction de lignes de tramway se multiplient.

« Nous faisons des études sur le projet ». Que cela semble difficile d’adapter une infrastructure de transport en commun. 20 Minutes se penche sur deux exemples : la ligne TER Lille-Comines et la plate-forme de correspondance de Pont-de-Bois à Villeneuve d’Ascq. Où on s’aperçoit que la volonté politique fait parfois défaut.

Soumise à une pollution atmosphérique inquiétante, la Métropole de Lille (MEL) n’a guère le choix. Elle doit développer les transports en commun. Or, le 14 décembre, la circulation ferroviaire va cesser sur la ligne entre Comines et Lille pour des raisons de sécurité en raison de l’état des voies, confirme SNCF Réseaux. Un problème pour les voyageurs qui vont voir leur temps de parcours au moins doubler et passer à environ une heure par bus.

Inaction politique

Car il est question, pour remplacer le train, d’un bus qui passerait… sur l’emprise de la ligne SNCF. Après des années de tergiversations, l’association se sent piégée par l’inaction politique. « Les élus de la Région et de la MEL ont financé, à hauteur de 200.000 euros, une étude de plus pour décider d’un avenir pour l’axe Lille-Comines. Ceci après vingt ans déjà d’études pour y faire un tram-train », s’insurge l’Union des voyageurs du Nord (UVN), dans un communiqué.

L’UVN estime qu’un tramway serait plus rentable et plus simple à mettre en place. « Contrairement aux apparences, l’exploitation d’un tram léger coûte moins cher que celle d’une ligne de bus. La durée de vie du matériel et la voie sont plus longues et le confort et la régularité sont meilleurs », dénonce l’UVN.

« On croit en cette ligne »

« Une étude est en cours avec la Métropole de Lille, confirme Luc Foutry, président (DVD) de la commission Transports à la Région. On croit en cette ligne. La volonté est d’y remettre un service et pourquoi pas un tramway ». Mais quand ? Mystère.

Car les études peuvent être très longues, comme le prouve le cas de Pont-de-Bois à Villeneuve d’Ascq. Ce secteur, qui abrite une université, offre l’avantage de concentrer sur un périmètre restreint une petite gare ferroviaire, une station de métro et une toute nouvelle gare routière. La solution idéale pour installer une plateforme de correspondance capable de désengorger la gare de Lille Flandres et les autoroutes alentour.

Un endroit stratégique

En 2015, la Région promettait l'ouverture d'une ligne Orchies-Pont de Bois en 2022 pour 36 millions de travaux. Sauf que, quatre ans plus tard, le dossier n’a pas avancé d’un rail. « Nous aurons deux propositions de solution en février 2020 », annonce Luc Foutry, président de la commission Transports à la Région. Il paraît qu’une étude est encore menée.

« C’est long de mettre tout le monde au diapason, avoue Luc Foutry qui reconnaît que Pont-de-Bois est un endroit stratégique. D’ailleurs, à partir de l’existant, nous travaillons pour créer des lignes ferroviaires autour de Lille, lignes qui éviteraient de passer par Lille Flandres », glisse-t-il.

A Pont-de-Bois, le train, ce n’est donc pas pour demain. En plus, les bus se refusent à s’arrêter dans la gare routière flambant neuve construite en face du métro, préférant déposant les voyageurs un peu plus loin. « On ne comprend pas », répond la mairie de Villeneuve d’Ascq qui a fait construire cette gare routière en vue d’un grand hub.

Chacun y va de son projet de tramway

« Les remontées des élus et des voyageurs font actuellement l’objet d’un examen par les services de la MEL et d’Ilévia. Un examen qui déterminera si des ajustements sont possibles ou non » ? répond Ilévia. Les voyageurs avec des poussettes ou les handicapés ont déjà la réponse. Contactée, la MEL n’a pas donné suite.

S’il semble difficile d’adapter l’existant, en revanche, les élus font feu de tout bois pour vouloir construire à tout prix de nouvelles infrastructures. Les réflexions menées autour du futur schéma directeur des infrastructures de transport (Sdit) sont révélatrices. Chacun y va de son projet de tramway.

Des chantiers à gogo

Le président (SE) de la Métropole de Lille (MEL), Damien Castelain, le verrait bien rouler de Lille à l’aéroport de Lesquin. La maire (PS) de Lille, Martine Aubry, l’imagine plutôt contournant Lille par l’ouest entre Comines et Seclin.

Les élus du versant est, comme Roubaix et Tourcoing, ô surprise, voudraient, au contraire, un tramway qui passe dans leur secteur en reliant Neuville-en-ferrain à Hem. Avec, en prime, une extension vers la gare de Tourcoing et vers Wattrelos.

On se souvient que, naguère, l’ancien président de région (PS) Daniel Percheron, fantasmait sur un RER entre Hénin-Beaumont et Lille. Autant dire que tous ces chantiers auraient un coût qui se chiffrerait en milliard. Et nécessiteraient d’autres études.