Nord: Des parents protestent contre la fermeture d'une classe maternelle à Villeneuve d'Ascq

EDUCATION NATIONALE L’inspection d’académie a décidé de supprimer une classe dans une école de Villeneuve d’Ascq, dans le Nord, à la suite d’une baisse des effectifs, mais les parents contestent la décision

Gilles Durand

— 

Plusieurs parents et enseignants de l'école Chopin de Villeneuve d'Ascq se mobilisent pour éviter la fermeture d'une classe.
Plusieurs parents et enseignants de l'école Chopin de Villeneuve d'Ascq se mobilisent pour éviter la fermeture d'une classe. — G. Durand / 20 Minutes
  • A cause de la baisse d’effectif d’élèves à la rentrée, une école de Villeneuve d’Ascq, dans le Nord, va perdre une classe.
  • Les parents d’élèves contestent la décision et organisent une journée école morte.
  • L’inspection académique conteste les chiffres en évoquant la non-scolarisation obligatoire de certains élèves.

Pas contents du tout. Les parents d’élèves de l’école Chopin, à Villeneuve d’Ascq, près de Lille, sont vent debout contre la suppression d’une classe à la rentrée scolaire. Certes, l’effectif de maternelle va baisser lors de la rentrée prochaine, mais le passage de 4 à 3 classes risque de faire monter la moyenne à près de 26 enfants par classe, selon eux.

« Si on considère qu’on doit bloquer la grande section à 24 élèves, comme l’a annoncé le président Emmanuel Macron, on va se retrouver avec près de 30 élèves dans deux classes », s’insurge Isabelle Lefebvre, une des représentantes des parents.

Ecole non obligatoire

Sauf que la mesure gouvernementale des 24 élèves maximum ne s’appliquera qu’à la rentrée 2020. Et que le directeur académique du Nord (Dasen), Jean-Yves Bessol, conteste les chiffres. « Dans cette école, sur les 77 élèves qui sont inscrits pour la rentrée 2019, 11 ont moins de 3 ans et pour eux, l’école n’est pas obligatoire », précise-t-il.

L'école Chopin de Villeneuve d'Ascq refuse la fermeture d'une classe pour la prochaine rentrée scolaire.
L'école Chopin de Villeneuve d'Ascq refuse la fermeture d'une classe pour la prochaine rentrée scolaire. - G. Durand / 20 Minutes

Une simple formule mathématique fait tomber la moyenne à 22 enfants par classe. « Sauf que la gestion d’une classe ne passe pas que par les maths, dénonce Françoise Martin, adjointe à l’Education à la mairie de Villeneuve d’Ascq. C’est vrai que l’âge moyen du quartier monte et qu’il y a moins d’enfants, mais, il faut voir à long terme, les effectifs risquent de remonter les années suivantes », assure-t-elle.

Sa crainte, « c’est de déstabiliser une équipe éducative qui fonctionne bien en supprimant des postes qu’on va peut-être recréer, plus tard, en cas de besoin ». Un argument qui ne convainc pas Jean-Yves Bessol. « En cinq ans, cette école est passée de 115 à 83 élèves. La tendance est à la baisse et ce n’est pas un quartier défavorisé donc il est logique que je réaffecte un enseignant ailleurs ».

Des écoles vides laissées ouvertes

Dans un communiqué, le maire (DVG) de Villeneuve d’Ascq, Gérard Caudron, avait raillé les récentes annonces du président Macron, « promettant qu’il n’y aura plus de fermetures d’écoles, tout en réaffirmant le droit de l’Etat de fermer des classes ». « Il fait la démonstration que l’Etat pourra ainsi, par ses décisions de fermetures de classes qu’il prend sans l’accord du maire, produire des écoles vides, sans classes et donc sans élèves que le maire pourra laisser ouverte », ironise-t-il.

En attendant, l’association des parents d’élèves de Chopin reste mobilisée depuis plusieurs semaines. Jeudi et vendredi, elle appelait à occuper l’école en début de soirée. « Nous refusons cette politique comptable qui supprime des postes au détriment des conditions de scolarisation des élèves », glisse Carmen Gomez, une autre représentante.

L’association a demandé aux parents de participer à une journée école morte, lundi. Dans l’espoir de faire revenir l’académie sur sa décision.