Lille: Peine de prison pour les 20 prévenus dans une vaste affaire de trafic de drogues

JUSTICE Une affaire de trafic de stupéfiant, dans laquelle comparaissaient 20 personnes, a donné lieu à autant de condamnations, dont les plus fortes à huit ans de prison ferme

Gilles Durand

— 

Illustration d'une saisie de drogue.
Illustration d'une saisie de drogue. — M.Libert / 20 Minutes

L’audience avait duré plus d’une semaine, fin mars. Les juges de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille ont rendu, mardi, leur décision dans le procès-fleuve concernant un réseau de trafic de stupéfiants à Lille sud et, notamment, sur le boulevard de Metz. Chacun des 20 prévenus a été condamné à de la prison, les plus petites peines étant assorties de sursis.

Comme le procureur de la République l’avait réclamé, les plus grosses condamnations ont été infligées à deux suspects qui ont écopé de huit ans de prison ferme. Une peine qui énerve Me Damien Legrand, avocat de Karim E.. « Comme souvent dans les dossiers Jirs, les juges recopient aveuglément les réquisitions du procureur sans même examiner le dossier », s’insurge-t-il.

Aucun signe extérieur de richesse

Pour l’avocat, son client ne présente aucun signe extérieur de richesse et ce qu’on lui reproche, c’est simplement « d’être en lien avec les principaux accusés, absents de ce procès ». Il a fait appel de la décision.

Car lors de ce procès, il manquait effectivement trois personnes, soupçonnées d’être à la tête de ce réseau. Contrairement aux 20 prévenus qui comparaissaient, fin mars, ils avaient échappé à une vague d’arrestation en décembre 2016. Un mandat d’arrêt européen est toujours délivré contre ces trois suspects en cavale.

Pour sa part, Me Julien Bensoussan, avocat d’un autre prévenu, se plaignait, lors de l’audience, que la justice ait voulu, avant tout, « faire le procès du boulevard de Metz », un quartier où les trafics de drogues restent légion.