Nord: Deux jeunes femmes voilées empêchées de s'inscrire à une brocante

DISCRIMINATION La présidente de l’association organisatrice du vide-greniers les a sèchement éconduites à cause de leur tenue. Une plainte a été déposée

Mikaël Libert
— 
Illustration d'une brocante.
Illustration d'une brocante. — M.Libert / 20 Minutes
  • Deux femmes portant le voile islamique n’ont pas pu s’inscrire pour une brocante.
  • La présidente de l’association organisatrice a assumé son refus lié au port du voile.
  • La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Si t’as un voile, tu brades pas. En fin de semaine dernière, deux jeunes femmes se sont vues refuser leur inscription pour participer à une brocante à Croix, dans le Nord, parce qu’elles portaient un voile islamique. C’est la présidente de l’association R’éveil, organisatrice de cette brocante, qui a éconduit les deux femmes, arguant que le voile lui « cause trop de tort ».

« Vous perdez votre temps »

Cette affaire a fait grand bruit, notamment parce que les jeunes femmes en question ont filmé toute la scène et diffusé celle-ci sur les réseaux sociaux. Repérée par nos confrères de La Voix du Nord, la vidéo montre la présidente de l’association R’éveil refuser de prendre leur inscription pour la brocante du 1er mai, à Croix. « Je vais pas vous prendre mesdames, faut pas faire la queue, vous perdez votre temps », lance-t-elle. Et quand les intéressées lui demandent « vous ne nous prenez pas parce qu’on a le voile », on leur répond sans détour : « Oui, je ne préfère pas, ça me cause du tort ».


Pire, quand les deux jeunes femmes lui font remarquer qu’elle porte un symbole chrétien, la présidente de l’association leur rétorque : « Je suis spéciale, je suis Flamande. Je suis nin [pas] une connasse de Française ». Et toujours sur la vidéo, la présidente de l’association assure ne pas avoir peur alors que l’une des deux jeunes femmes indique qu’elle va aller déposer une plainte. Elle leur a même donné l’adresse du commissariat de police le plus proche.

« Je me suis figée dans une attitude hautaine et méchante »

La présidente de R’éveil a finalement publié un mea-culpa sur le site internet de l’association. « Je me suis figée dans une attitude hautaine et méchante ; ma langue a été plus vite que ma raison. Je ne me suis pas rendu compte que je blessais violemment toute une population », assure-t-elle, ajoutant qu’elle présentait ses « excuses à ces deux personnes ainsi qu’à toutes les personnes qui ont pu être choquées ».

L’une des deux victimes, âgée de 29 ans et habitant Halluin, a d’ailleurs déposé une plainte, samedi après-midi, au commissariat de Roubaix a-t-on appris auprès des services de police. L’intitulé est « injures non publiques en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ».Selon nos informations, la brocante a été maintenue.