Nord : Un chef d’entreprise condamné pour avoir espionné ses salariés avec un micro

JUSTICE Le patron d’une société de transports avait dissimulé un micro dans le local syndical

G.D.

— 

Illustration d'un micro dictaphone.
Illustration d'un micro dictaphone. — G. Durand / 20 Minutes

Il avait caché un dictaphone dans le faux plafond du local syndical. Un chef d’entreprise de 70 ans a été condamné, jeudi, par le tribunal de Valenciennes, dans le Nord, à un mois de prison avec sursis et à 1.500 euros d’amende, rapporte La Voix du Nord.

Ce sont les salariés qui ont découvert le stratagème en avril 2016. Le patron de la société de transports, Locarevi, installée à Escaudain, avait installé un dictaphone relié à un micro pour pouvoir écouter les conversations.

Connaître les revendications des salariés

Le chef d’entreprise espérait ainsi connaître les revendications de ses salariés.

Cet acte illégal ne lui a même pas permis d’arriver à ses fins : la bande-son, saisie pour le procès, était inaudible. Et sa société de transport a été liquidée en octobre 2018.