Lille: La Métropole se plaint de dysfonctionnements dans le plan bus d'Ilévia

TRANSPORTS Le budget de Kéolis, le délégataire, a été baissé de 10%

Mikael Libert

— 

Le plan bus d'Ilévia peine à trouver ses marques (illustration).
Le plan bus d'Ilévia peine à trouver ses marques (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • La Métropole de Lille (MEL) a voté, fin 2017, une baisse de 10 % du budget d’Ilévia.
  • De nombreux dysfonctionnements touchent le nouveau plan bus.
  • La MEL menace l’exploitant du réseau de pénalités si les problèmes persistent.

Comment faire davantage avec moins ? C’est le casse-tête que va devoir résoudre Kéolis, délégataire du service public (DSP) des transports en commun de la Métropole européenne de Lille (MEL). Après avoir vu son budget réduit de 10 % lors de l’attribution de la nouvelle DSP, l’opérateur des transports, Ilévia, se voit menacé par la MEL de sanctions en raison des dysfonctionnements constatés, notamment sur les lignes de bus.

Depuis que Transpole est devenu Ilévia, rien ne va plus. Le changement de nom s’est accompagné d’une profonde modification de l’offre de lignes de bus et les critiques n’ont pas tardé à fuser de toutes parts : élus, usagers, associations de voyageurs… Face à une grogne quasi générale, le conseil métropolitain s’est penché sur la question, vendredi.

« Nous serons intransigeants »

Le même conseil qui avait voté, en décembre 2017, une baisse de 17 millions par an du budget alloué à la DSP transports a tapé du poing sur la table. « Les élus métropolitains ont constaté des retards, des courses annulées et le non-respect des horaires annoncés », regrette la MEL dans une lettre envoyée à Kéolis. S’ensuivent trois mises en demeure : « fiabiliser l’information transmise aux voyageurs », « résoudre sans délai la desserte des établissements scolaires » et « résorber au plus vite les retards constatés. »

« Nous serons intransigeants », écrit Damien Castelain, président de la MEL, ajoutant que la métropole était prête à « réclamer les pénalités prévues au contrat ».

Ilévia se défend avec des chiffres

En réponse, Kéolis, l’exploitant du réseau Ilévia, reconnaît que la modification du réseau « nécessite un temps d’ajustement ». Pour autant, le transporteur ne reste pas la tête basse et se défend, assurant que 99 % des courses sont effectuées tous modes confondus, dont 96,2 % pour les bus. Pour ces derniers, Ilévia avance le chiffre de 80 % de bus à l’heure. Sur les temps de parcours et les retards, Ilévia promet des ajustements, notamment pour prendre en compte « la congestion routière et les travaux ».