VIDEO. Lille: Mécontentement croissant contre le nouveau plan de transports de la Métropole

TRANSPORTS Des comités d’usagers se plaignent du nouveau plan bus mis en place par Ilévia, gestionnaire des transports en commun de la Métropole de Lille

Gilles Durand

— 

Illustration d'un bus Ilévia de la Métropole de Lille.
Illustration d'un bus Ilévia de la Métropole de Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • Fin janvier, le délégataire des services publics, Kéolis, a décidé de changer de nom et de modifier le plan de transport en commun de la Métropole de Lille (MEL).
  • En décembre 2017, les élus de la MEL, hormis les écologistes, avaient voté une nouvelle délégation des transports avec un budget réduit de 10 %.
  • Certains usagers se mobilisent pour montrer leur mécontentement face à une réduction de l’offre de transports en commun.

La réduction de l’offre passe toujours aussi mal. Vendredi après-midi, des comités d’usagers ont prévu de manifester devant les bâtiments de la Métropole de Lille (MEL) pour exprimer leur mécontentement face au nouveau plan de circulation des transports en commun.

Fin janvier, le délégataire de service public, Kéolis, décidait de changer de nom – passant de Transpole à Ilévia – tout en réduisant l’offre pour respecter le cahier des charges qui prévoyait une réduction de 10 % des moyens. Certains maires avaient dénoncé publiquement de cette décision d’Ilévia.

Objectif : faire des économies

Or, en décembre 2017, lors de la délibération du conseil communautaire de la MEL pour désigner une nouvelle délégation de service public, seuls les élus écologistes avaient voté contre. Ces derniers contestaient « un cahier des charges ayant pour principal objectif de faire des économies, sur le réseau de bus d’abord, sur le V’lille ensuite, en choisissant le redéploiement plutôt que l’extension du réseau ».

Deux mois après la mise en place, des comités d’usagers tentent de se mettre en place pour faire pression sur Ilévia. A Wattignies, c’est une élue d’opposition, Francine Herbaut-Dauptain qui mène la fronde. « Nous avons envoyé un courrier à Ilévia pour leur faire part des nombreux problèmes que rencontraient désormais les usagers, nous n’avons pas eu de réponse », déplore Francine Herbaut-Dauptain.

La liste des griefs est longue : lignes supprimées, fréquences réduites, itinéraires moins pratiques, nouveaux arrêts mal situés au point de provoquer des bouchons… « On craint que les gens ne reprennent leur voiture », souligne-t-elle.

Demande de mise en place de comités de secteur

Depuis trois ans, un « collectif des usagers de transports de la MEL », milite pour que les usagers aient leurs mots à dire. « Ce nouveau plan bus est incohérent », se plaint Fabien Delecroix, porte-parole du collectif. Lui aussi plaide pour une mise en place de comité de secteurs ou de lignes.

Ce jeudi, c’est la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) qui glisse sa voix à la contestation. « Les parents d’élèves ont constaté que les changements ont dégradé l’accès aux collèges et lycées, indique-t-elle dans un communiqué. Cette dégradation est notamment sensible pour les élèves habitant dans les zones peu denses telles que le Pévèle, le Mélantois et les Weppes. »

Une hausse des voyageurs malgré tout

Néanmoins, depuis la mise en place du nouveau réseau, Ilévia constate +7% de voyages en plus sur février et mars 2019 ; 5400 utilisateurs du Transport sur réservation (+16% entre février et mars) et une progression des voyages en intégration tarifaire (avec la Région Hauts-de-France) de +22% entre février et mars.

Un nouveau schéma directeur des infrastructures de transports doit être voté par la MEL, en juin. Tiendra-t-il compte de tous ces problèmes ?