Lille: Martine Aubry se ferait bien offrir un tramway par la métropole

TRANSPORTS La ville de Lille a exposé ses souhaits pour le futur schéma directeur des infrastructures de transport de la métropole européenne de Lille

Mikael Libert

— 

Des bornes de billettique sans contact sur un arrêt de tramway à Lille, le 8 octobre 2012.
Des bornes de billettique sans contact sur un arrêt de tramway à Lille, le 8 octobre 2012. — M. LIBERT / 20 MINUTES
  • Lille dévoile ses propositions pour les transports dans la métropole d’ici à 2035.
  • Martine Aubry souhaite la création d’une ligne de tramway Nord-Sud.
  • La ville imagine aussi un téléphérique entre Lille et l’aéroport de Lesquin.

Ça ne coûte rien de demander. Depuis le mois de février, la Métropole européenne de Lille (MEL) a lancé une grande consultation afin d’imaginer les transports de demain. Tout un chacun peut ainsi donner son avis sur le Schéma directeur des infrastructures de transport (SDIT) qui sera mis en œuvre entre 2020 et 2035. Largement concernée, la ville de Lille a tenu à apporter sa pierre à l’édifice. Le projet qui ressort est la création d’une ligne de tramway Nord-Sud.

Le SDIT de la MEL ne part pas d’une page blanche, loin s’en faut. Parmi les projets avancés, on retrouve celui, cher à Damien Castelain, président de la Métropole, d’un tramway qui relierait Lille à l’aéroport de Lesquin. Balayé d’un revers de main par Martine Aubry qui le qualifie de « mauvaise idée ». Pour autant, la maire de Lille n’est pas contre une nouvelle ligne de tram, mais autre part.

Un tram pour participer à la rénovation urbaine

Elle relierait le nord et le sud de la métropole entre Comines et Seclin. « Inutile qu’elle traverse Lille, qui est largement pourvue en transports en commun. Son trajet contournera la ville par l’ouest afin de desservir des quartiers nécessitant une véritable rénovation urbaine », explique la maire de Lille. Les quartiers en question sont essentiellement situés au sud, comme celui de Concorde, de la porte des Postes et de la porte d’Arras.

D’ailleurs, dans l’idée de Martine Aubry, la Porte des Postes deviendrait un véritable « hub » des transports en commun, assurant des interconnexions entre ce fameux tram, le métro, les bus et une ligne de TER entre Haubourdin, à l’Ouest, et Tournai, à l’Est. « Cette ligne n’est plus utilisée, mais elle existe toujours. Ce ne serait pas compliqué de la remettre en service », assure la maire de Lille. Le secteur de la Porte des Postes devra d’autant plus être accessible que c’est à cet endroit que sera implantée la future « cité administrative » et les centaines de fonctionnaires qui y travailleront.

Un téléphérique entre Lille et l’aéroport

Parmi les propositions de la ville pour le SDIT, une autre sort du lot. On avait dit que Martine Aubry ne voulait pas d’un tram entre Lille et Lesquin. A la place, l’élue imagine plutôt un téléphérique qui relierait la gare Lille-Flandres à l’aéroport. Des études avaient déjà été réalisées dans ce sens avec un trajet de 15 à 20 minutes en longeant les voies ferrées, puis le centre routier de Lesquin.

Des idées folles ? Pas tant que ça selon la maire : « Nous, nous ne proposons pas de creuser des métros partout. Toutes nos propositions entrent dans le cadre de l’enveloppe définie par la MEL pour ce schéma de transport ». Une enveloppe qui se monte tout de même à 3,3 milliards d’euros sur 15 ans.