Lille: Pourquoi des milliers de repas de cantines sont jetés les jours de grève

INFO 20 MINUTES Mardi, plusieurs milliers de repas destinés aux enfants des cantines des écoles de Lille ont terminé à la poubelle

Mikael Libert

— 

La cuisine centrale de Lille (illustration).
La cuisine centrale de Lille (illustration). — G.Durand / 20 Minutes
  • Plusieurs milliers de repas de cantine ont été jetés à Lille, mardi.
  • Un phénomène récurrent les jours de grève dans la fonction publique.
  • Aucune convention n’a encore été signée entre la mairie et des associations pour redistribuer cette nourriture.

Immense gâchis. Mardi, à l’appel de plusieurs syndicats, de nombreux salariés de la fonction publique étaient en grève. Dès lors, de nombreuses écoles n’ont pu accueillir les enfants, faute de personnel. Selon nos informations, les repas qui devaient être servis aux élèves le midi ont tout simplement été jetés à la poubelle. Un gaspillage alimentaire d’ampleur qui semble être récurrent les jours de grève.

C’est dans la grande et toute neuve cuisine centrale que sont préparés les quelque 14.000 repas qui nourrissent quotidiennement les enfants bénéficiant des cantines des écoles municipales. Une machine bien huilée qui tourne grâce à une soixantaine d’agents, fonctionnaires territoriaux. Une organisation sans faille. Enfin presque.

Entre 4.000 et 6.000 repas jetés mardi

La faille, elle s’est concrétisée, mardi, jour de grève dans la fonction publique. Elle a eu pour conséquence l’envoi à la benne de l’équivalent de 6.000 repas. « Cela ne concerne que les plats principaux et l’on est davantage proche du chiffre de 4.000 que de 6.000 », assure à 20 Minutes Michel Ifri, conseiller municipal délégué à la restauration scolaire.

Ce dernier ne cache cependant pas son embarras et explique le dysfonctionnement par une question de calendrier : « On confectionne les repas le jeudi et le vendredi pour être servis le lundi et le mardi. Et comme nous ne sommes prévenus que tardivement quand les salariés se mettent en grève, on reste avec les repas préparés sur les bras », reconnaît-il. Et en effet, si la CGT a déposé un préavis de grève, début mars, pour la journée de mardi, les fonctionnaires territoriaux, eux, ne sont pas tenus de prévenir leur employeur en amont.

Pas (encore) de convention avec des associations

Si l’argumentaire se tient en termes d’organisation, cela n’explique pas pourquoi de la nourriture parfaitement comestible est jetée au lieu d’être donnée à des personnes dans la précarité. « La semaine prochaine, nous devons rencontrer des associations, comme le Secours populaire, pour signer une convention afin de leur distribuer les surplus », affirme Michel Ifri. « Nous n’avons pas de contact à ce sujet avec la mairie. Pour autant, ce serait une bonne idée, mais cela nécessite de faire une étude pour déterminer la faisabilité, notamment pour des questions logistiques », déclare à 20 Minutes le Secours populaire du Nord.

Plusieurs syndicats ont de nouveau appelé à une journée de grève le 9 mai prochain pour protester contre la réforme de la fonction publique. La municipalité a donc un peu plus d’un mois pour trouver une solution afin d’éviter un nouveau gaspillage alimentaire.