Nord: La grève du zèle des douaniers se poursuit, après l'échec des négociations

FRONTIERES Les douaniers ont rejeté le coup de pouce de 14 millions proposé par le ministre Gérald Darmanin pour sortir de la crise générée par le Brexit

G.D. avec AFP

— 

Rien ne va plus entre Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes Publics et les douaniers qui poursuivent leur «grève du zèle» en vue du Brexit.
Rien ne va plus entre Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes Publics et les douaniers qui poursuivent leur «grève du zèle» en vue du Brexit. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le mouvement avait commencé à Calais et Dunkerque. Les douaniers, en « grève du zèle » depuis début mars, ont rejeté le coup de pouce de 14 millions d’euros proposé, mardi, par le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin pour sortir de la crise, ont affirmé, ce mercredi, plusieurs syndicats à l’AFP.

L’intersyndicale réclamait une augmentation de l’allocation complémentaire des douaniers, une hausse des effectifs et l’octroi de moyens supplémentaires afin de faire face au Brexit.

Propositions insuffisantes

« Les propositions (de Bercy) n’étaient pas suffisantes par rapport aux demandes des agents », a déclaré à l’AFP, Jean-Marc Jame, secrétaire national de la CFDT-Douanes, 1er syndicat de cette administration.

Les agents, consultés depuis mardi via différents canaux, « ont considéré les propositions comme très en deçà (des attentes), notamment sur le pouvoir d’achat », a confirmé Morvan Burel, cosecrétaire général de Solidaires-Douanes.

Seul le syndicat CGC a décidé de ne pas se joindre à ce rejet, estimant dans un communiqué que les réponses apportées par Bercy sont « satisfaisantes dans la mesure où il s’agit d’améliorations indemnitaires pérennes ».

Des files de poids lourds à destination de la Grande-Bretagne

Le mouvement des douaniers provoquait toujours, ce mercredi en début d’après-midi, l’augmentation du temps d’attente des véhicules à destination de la Grande-Bretagne, avec une dizaine de kilomètres de file de poids lourds sur l’A16 menant au tunnel sous la Manche, selon un communiqué préfectoral.

Les autorités ont mis en place trois zones de stockage et des déviations pour les camions, sur l’A16 et l’A26, pour tenter de réguler le trafic. La circulation sur la rocade portuaire était fluide, les camions étant retenus en amont, a constaté un correspondant de l’AFP.