Un homme interpellé lors d'une manifestation de
Un homme interpellé lors d'une manifestation de — M.Libert / 20 Minutes

FAITS DIVERS

VIDEO. «Gilets jaunes»: Des images d'une interpellation musclée à Lille suscitent l'émoi chez les manifestants

Les faits se sont déroulés samedi dernier à Lille après la fin de la manifestation des « gilets jaunes »

  • Depuis samedi 9 mars, une vidéo circule sur les réseaux sociaux. On y voit une interpellation musclée de manifestants « gilets jaunes » par des policiers.
  • Chaque partie donne sa version des faits et sur le Web, les internautes s'indignent.

La vidéo a déjà été vue plus d’un million de fois. Tournée samedi dernier dans les rues de Lille à l’occasion de l’acte 17 des « gilets jaunes », on y voit des interpellations violentes de manifestants, dont des femmes, par des policiers. Coups de pied, coups de matraque, gaz lacrymo, les images ont suscité beaucoup d’indignation sur les réseaux sociaux.

Quatre jours après les faits, policiers et « gilets jaunes » donnent une version différente de ce qui s’est passé. Le seul point d’accord est le lieu et l’heure de l’interpellation. Les faits se sont donc déroulés vers 17h30 à proximité du square Foch, peu de temps après la fin de la manifestation des « gilets jaunes » lillois. Pour le reste, chaque partie donne sa version des faits.

La police s’explique : « Ces images peuvent paraître un peu choquantes mais il faut les replacer dans le contexte. Une demi-heure avant, à la fin de la manifestation sur la place de la République, il y a eu des insultes et des jets de pavés en direction des forces de l’ordre. Une centaine de manifestants les plus hostiles ont alors quitté la manif et se sont retrouvés quai du Wault. De nouveaux jets de projectile ont eu lieu à ce moment-là au niveau du square Foch où il y avait des effectifs civils regroupés (BAC) qui ont procédé à des interpellations notamment celles des auteurs des jets de pavés place de la République.

« C’était des violences sans sommation »

Auteur de la vidéo polémique, celui qui préfère se faire appeler « La Licorne » ne voit pas du tout les choses de la même façon. « Une fois la manif terminée, les manifestants se sont retrouvés sur la Grand Place. Ils ont alors décidé d’aller défiler dans les rues du Vieux-Lille. C’est interdit, mais leur but c’était de pouvoir manifester là où ils le souhaitent. Certains avaient le visage masqué, d’autres non. On a vu les forces de l’ordre débarquer d’un coup d’un seul. Je n’avais pas encore vu ça. Tout le monde s’est mis à courir pour sauver sa peau et le matraquage commence. Ce qui m’a le plus choqué, c’est qu’on chope le premier qui passe. C’était des violences sans sommation », assure le reporter indépendant qui couvre chaque manif des « gilets jaunes ».

Des violences gratuites réfutées par la police : « On est dans un contexte où des personnes agressent des forces de l’ordre qui viennent au contact. Les policiers font face à des manifestants et essaient de tenir la distance. Ce ne sont pas des fonctionnaires qui ont pris quelqu’un dans un coin. Dans la vidéo, on voit bien qu’on est sur une action de police forte. On ne les voit pas sur l’image mais il y a une centaine de personnes derrière le cameraman à ce moment-là. »

« Faux, rétorque de son côté le cameraman. Il y avait une quarantaine de personnes à tout casser. » Nombre, causes, conséquences, chacun se renvoie la balle sur les degrés de responsabilité de chacun. Une chose est sûre ; la police a procédé à quatre interpellations. Du côté des manifestants, plusieurs personnes ont déjà demandé les images de l’interpellation au reporter dans le but de porter plainte.