VIDEO. La SNCF ouvre un super garage à vélos en gare de Lille-Flandres

MOBILITE La vélostation doit favoriser l’intermodalité dans les modes de déplacements

Mikael Libert

— 

Deux points gonflage et réparations sont disponibles.
Deux points gonflage et réparations sont disponibles. — M.Libert / 20 Minutes
  • La SNCF a ouvert une vélostation a ouvert en gare de Lille Flandres.
  • Elle est accessible gratuitement aux abonnés des transports en commun.
  • La station dispose de 550 places et d’espaces de réparation et de gonflage.

Ce lundi, la « vélostation » de la gare de Lille-Flandres a été officiellement ouverte. Une presque nouveauté, puisqu’il existait déjà un garage à vélos à cet endroit avant la construction de l’immeuble Conex, rue de Tournai. Sauf que cette fois, la SNCF a vu les choses en grand et en plus pratique.

Il faut être curieux ou savoir ce que l’on cherche pour trouver la Vélostation. L’équipement manque encore d’une signalétique développée et d’une bonne dose de communication pour en faire la promotion. L’accès se fait soit directement par l’intérieur de la gare, soit par la rue de Tournai, juste après le nouveau bâtiment Conex.

Réservée aux abonnés des transports en commun

Là, une fois devant la grille, il faut disposer d’un sésame pour y déposer son vélo, la carte PassPass. « Ce n’est pas un garage à vélos, mais un équipement censé favoriser l’intermodalité », explique Agnès Moutet-Lamy, directrice de SNCF Gares et Connexions Nord. En clair, l’endroit est réservé aux abonnés des transports en commun, soit chez Ilévia, soit pour les TER. « Cela fait partie des moyens déployés pour encourager à la pratique du vélo et réduire la circulation automobile en ville », ajoute Martine Aubry, maire de Lille.

Muni de sa carte PassPass, et une fois inscrit auprès de la SNCF pour activer son accès, le cycliste a accès à la station. Celle-ci dispose de 550 places avec des racks à deux étages. « Les racks du haut sont plus lourds que les anciens, il faut être costaud ou avoir un vélo léger », glisse un usager qui peine à ranger sa monture hollandaise de 25kg.

Caméras et station de mécanique

La vélostation est par ailleurs équipée de deux points permettant d’effectuer les réparations de base, comme changer une roue ou sa chaîne. Elle met aussi à disposition deux compresseurs pour le gonflage des pneumatiques.

Outre l’accès sécurisé via la carte PassPass, les lieux sont surveillés par une dizaine de caméras. Elles ne sont cependant reliées à aucun poste de contrôle, mais permettent de disposer de bandes enregistrées en cas d’incident.

Depuis l’ouverture, fin décembre, seuls 70 cyclistes ont fait la demande auprès de la SNCF pour obtenir l’accès à la station. Pour un bon tiers, ce sont des livreurs à vélo. « Ils sont les bienvenus ici, le problème, c’est qu’ils laissent leurs sacs de livraison accrochés avec leurs vélos. Avec Vigipirate, dans l’enceinte de la gare, ce n’est pas possible en termes de sécurité », déplore Sylvain Crampon, responsable de la politique vélo chez TER-SNCF.

Nasser, 27 ans, l’un des livreurs qui utilisent la station, est ravi : « Avant, je laissais le vélo chez un ami qui habitait assez loin. Là, j’arrive en métro, je prends mon vélo, ça me fait gagner une heure de sommeil », calcule-t-il.

Si cette vélostation rencontre son public, et si la demande se fait ressentir, la SNCF n’exclut pas d’en installer une autre en gare de Lille-Europe.